Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Je retrouve aujourd'hui un texte magnifique et formidable de L'Agenda du 7 décembre 1966, parce qu'en Sri Aurobindo, nous pouvons aisément trouver une intelligence formidable, un pouvoir époustouflant propre à changer la destinée de la terre, une volonté indomptable pour conquérir tous les obstacles... et bien des choses encore, mais faire l'expérience de Sa compassion, ça... 

(Mère tend au disciple une fleur appelée «Grâce», puis une deuxième «Grâce».)

Tu veux une seconde grâce ?... Il n'y en a jamais trop !

Oh ! l'autre jour, on m'a posé une question à propos du message du 24 novembre (1) et Sri Aurobindo a répondu. C'était si intéressant ! Tout d'un coup, j'ai vu quelque chose. Au moment où il parlait, c'était absolument merveilleux. Je voyais la Compassion et la Grâce, la «Loi» et la Compassion, et alors comment la Compassion agit pour tous – pour tout et tous, sans distinction et sans condition –, et que la Compassion consistait à les mettre dans l'état où ils pouvaient recevoir la Grâce.

J'ai trouvé cela merveilleux.

C'était l'expérience : je voyais, je sentais cette Compassion qui travaille à travers les mailles du filet, et que la Grâce est toute-puissante, c'est-à-dire que la «Loi» n'est plus un obstacle. Je voyais cette Compassion qui touchait tout le monde et donnait à tous la chance – j'ai compris ce qu'il voulait dire vraiment quand il disait qu'elle «donne à chacun sa chance» : également, absolument sans distinction de valeur ni d'importance, ni de condition, ni rien, ni d'état – à tous, exactement la même. Et alors, le résultat de cette Compassion, c'était de les éveiller à l'existence de la Grâce, de leur faire sentir qu'il y a dans l'univers quelque chose comme la Grâce. Et pour ceux qui aspirent et ont confiance, immédiatement la Grâce agit – elle agit toujours, mais ça devient pleinement efficace pour ceux qui ont confiance.

Tout cela, c'était tellement clair, tellement précis ! C'était vraiment comme une nouvelle expérience, une révélation. Et combien Sri Aurobindo était l'expression de cette Compassion... 

(Fleur "Compassion de Sri Aurobindo)

On le voyait dans ses yeux, n'est-ce pas, ses yeux étaient pleins de Compassion. Mais j'ai compris ce qu'était vraiment cette Compassion (c'était dans l'après-midi de dimanche).

Et aussi, il avait écrit quelque part : «Il est bien rare que la Grâce se détourne de quelqu'un, mais il y en a beaucoup qui se détournent de la Grâce» – but men turn away from the Grace. Je ne me souviens plus des mots, mais je crois qu'il employait le mot crooked. Et ça aussi, c'était si vivant : ce n'était pas la Grâce qui retirait son action, pas du tout (la Grâce continue à agir), mais les gens étaient, oui, crooked, tordus...

Satprem : Faussés ?

«Faussés» ?... On fausse une fois pour toutes, ce n'est pas cela. C'est que leur force et leur action, au lieu d'aller droit, directement, fait toutes sortes de replis, de circuits, de retours sur soi qui déforment toutes les vibrations, et que c'est leur propre manière d'être qui déforme (il me vient tout le temps le mot distort). C'est tordu au lieu d'être droit. Et alors la Grâce n'a plus d'effet; elle ne peut pas avoir d'effet.

À ce moment-là, c'était une image tout à fait vivante.

(1) : Il y a trois pouvoirs (qui gouvernent la vie terrestre) : 1) La Loi cosmique, appelée Karma ou autrement. 2) La Compassion divine qui agit sur tous ceux qu'elle peut toucher à travers les filets de la Loi et qui donne à chacun sa chance. 3) La Grâce divine, dont l'action est plus incalculable mais aussi plus irrésistible que les autres.» 

(Sri Aurobindo)

La vérité de Sri Aurobindo est une vérité d'amour, de lumière et de miséricorde. Il est bon, grand, compatissant, divin. C'est lui qui remportera la victoire finale.

Agenda de Mère du 3 avril 1962


Je l'ai toujours vu avec une figure tout à fait paisible et souriante, et surtout, la dominante, c'était l'expression de compassion. C'était ce qui dominait dans son apparence. Une expression de compassion si... si paisible, si tranquille, oh ! magnifique.

Agenda de Mère du 16 octobre 1965

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article