Il y a quelques années, j'avais acheté un livre de Franck Lopvet, sans réussir à rentrer dedans ni réussir à le lire jusqu'au bout. 

Le temps a passé et j'ai trouvé beaucoup d'idées très nourrissantes dans cette interview, un peu bousculantes parfois.

Petit florilège de quelques idées présentes dans la vidéo :

Élargir ma vision, ne plus percevoir la terre comme une maison mais un être qui me dépasse... nous sommes de la planète dit-il plus loin. 

Par rapport à ce que je perçois du monde, quelle personne ai-je envie d'être ? 

Ramener le drame à l'intérieur, qu'est-ce qu'il fait surgir ?

Je ne crois plus en "je l'observe donc c'est vrai."

Je me suis débarrassé  du besoin de la preuve. Pour moi, les preuves ont toujours été des obstacles à croire plus grand et à voir plus large. Il a fallu qu'à un moment je me dise : "est-ce que je peux manipuler des idées qui ne sont pas prouvées ? De manipuler des notions que je ne peux démontrer ou de manipuler des notions en n'en comprenant finalement pas les tenants et les aboutissants mais en prenant un morceaux de ci, un morceaux de là. 

Etc...

Ci-dessous, vidéo complète pour voir comment ces idées s'articulent entre elles. 

Commentaire personnel :

Inutile d'être en accord avec la totalité de son propos pour reconnaître une vertu stimulante de certaines de ses idées.

En ce qui me concerne, sa première idée, ne plus percevoir la terre comme une maison sur laquelle nous habitons, mais un être avec lequel nous cohabitons.... a produit en méditation un effet très concret, la sensation d'une ouverture du coeur, d'une plus grande communion avec La Terre Mère....

C'est cela, un sentiment très maternel.... 

Je ne m'y attendais pas du tout, comment le fait de changer un tout petit peu sa pensée peu produire un tel effet.

C'était très beau, il y avait une sorte d'émotion, assez profonde et assez forte, un sentiment d'amour et de gratitude envers cette "Terre-Mère"...

Et cela s'est reproduit à l'occasion de mes méditations suivantes. 

Ce que j'ai ressenti se passait beaucoup dans le coeur, dans une zone émotive de la conscience, même si c'était une émotion profonde, peut-être psychique, je ne sais pas. C'est possible. Mais il y avait aussi une sorte de sensation corporelle plus difficile à définir, la perception qu'un travail énergétique se faisait... mais lequel ? 

C'était comme si une sorte de vapeur montait de la terre, s'infiltrait en moi, m'imprégnait tout partout, de façon très charnelle, rien de planant... 

Considérer la Terre comme un être est devenue pour moi une clef..., et ma foi, si je n'avais pas vu la vidéo de Franck, je n'y aurais pas pensé. Alors, un grand merci à lui...

Retour à l'accueil