(Note de Mère au disciple

à propos de sa question du 9 janvier

sur les capacités requises

pour accéder au monde supramental)

Capacité d'élargissement indéfini de la conscience sur tous les plans, y compris le matériel.

Plasticité illimitée pour pouvoir suivre le mouvement du devenir.

Égalité parfaite abolissant toute possibilité de réaction d'ego.

Trois conditions (2)

Extrait de L'Agenda du 12 janvier 1962 :

D'abord, au point de vue psychologique, il faut la condition dont j'ai parlé dans ma réponse à cet homme [histoire du cerf] : c'est l'égalité parfaite. Ça, c'est une condition AB-SO-LUE. J'ai observé depuis ce moment-là, pendant des années, qu'aucune vibration supramentale ne se transmet, excepté dans cette égalité parfaite. S'il y a la moindre contradiction de cette égalité (en fait, le moindre mouvement d'ego, de la préférence de l'ego), ça ne passe pas, ça ne se transmet pas. Ce qui fait déjà une assez grosse difficulté.

En plus de cela, il y a deux conditions qui, pour que la réalisation puisse être totale, ne sont pas faciles. Parce que ce sont des choses qui ne sont pas très difficiles au point de vue intellectuel (je ne parle pas ici de n'importe qui: je parle de ceux qui ont fait un yoga et qui ont suivi une discipline), c'est relativement facile ; au point de vue psychologique aussi, si on y associe cette égalité, ce n'est pas très difficile. 

Mais dès qu'on arrive au plan matériel, c'est-à-dire physique, puis corporel, ce n'est pas facile. 

Les deux conditions sont celles-ci : 

d'abord, un pouvoir d'expansion, d'élargissement pour ainsi dire indéfini, de sorte que l'on puisse s'élargir à la dimension de la conscience supramentale, qui est totale. 

La conscience supramentale, c'est celle du Suprême dans sa totalité – «sa totalité», je veux dire le Suprême dans son aspect de Manifestation. 

Naturellement, au point de vue supérieur de l'essence (l'essence de ce qui devient le Supramental dans la Manifestation), il faut une capacité d'identification totale avec le Suprême non seulement sous son aspect de Manifestation mais sous son aspect statique ou nirvanique, en dehors de la Manifestation: le Non-être. 

Mais en plus de cela, il faut être capable de s'identifier au Suprême dans le Devenir. 

Et ça, ça implique ces deux choses : un élargissement au moins indéfini, qui doit être en même temps une plasticité totale afin de pouvoir suivre le Suprême dans son Devenir – ce n'est pas «à un moment donné» qu'il faut être aussi vaste que l'univers, c'est indéfiniment dans le Devenir. 

Ce sont les deux conditions. Il faut qu'elles soient là, potentielles.

* * *

Pour la suite de cet Agenda très long et si important, je vous invite plutôt à vous reporter sur le texte intégral ci-dessous. En cliquant sur la petite icône de l'haut parleur, vous pourrez aussi écouter l'enregistrement de Mère. 

Retour à l'accueil