Première partie :

Analyse de la réponse de François Asselineau

Une réponse de François Asselineau aux internautes m'avait particulièrement intéressé. La question, plus floue dans ma mémoire, était de savoir si un jour, ces gens, les politiques, devraient rendre des comptes.

François Asselineau garda le silence un bon moment avant de répondre, avec un regard d'une grande douceur, une grande bienveillance, manifestement un peu embarrassé.

Sa réponse contenait trois éléments.

1) Premier élément de réponse

François Asselineau raconta l'histoire du duc d'Orléans devenu Roi de France qui préféra, au lieu de se venger des affronts qu'il avait subi préféra pardonner, faire la paix et dire cette parole restée célèbre. 

Le roi de France ne venge pas les querelles du duc d'Orléans.

Louis XII

Commentaire personnel :

Réponse intéressante mais hors sujet car la question est ailleurs. Si François Asselineau devenu Président veut ne garder aucune rancoeur des griefs qu'il a eu à subir, c'est tout à son honneur. Là, il s'agit des constantes injures... au peuple français et à la France. 

2) Deuxième élément de réponse

François Asselineau évoqua ensuite La Libération et le fait que Charles de Gaulle avait fait le nécessaire pour que nous sortions au plus vite du climat de guerre civile dans lequel nous étions. 

Commentaire personnel :

Là encore, la réponse m'apparait hors de propos. En effet, je connais mal le sujet, il est imprécis dans ma conscience, mais il me semble que des femmes ont été rasées en place publique, parfois exposées nues, que des hommes ont été exécutés sans autre forme de procès et qu'effectivement, l'époque fut parsemée de règlements de compte.

La situation que nous connaissons est tout à fait différente.

La question concerne les sénateurs et les députés qui ont ratifiés le Traité de Lisbonne.

Elle concerne les Présidents de la République, premiers ministres, ministres des Affaires étrangères, ministres des Affaires européennes qui ont ratifié les Traités Européens.

Elle concerne les Présidents des différents partis politiques qui ont tous violés l'article 4 de la Constitution.

« Les partis et groupements politiques concourent à l'expression du suffrage. Ils se forment et exercent leur activité librement. Ils doivent respecter les principes de la souveraineté nationale et de la démocratie.

Elle concerne les membres du Conseil Constitutionnel qui n'ont pas fait respecter la constitution. 

Elle concerne les membres du Conseil Supérieur de l'Audiovisuel et les Milliardaires propriétaires des grands groupe de presse qui n'ont pas assuré la pluralité des expressions politiques. 

Et c'est à peu près tout. En rien cela ne ressemble à une guerre civile. Et puis, il ne s'agit pas de les exécuter sans procès en place publique ou dans une arrière cour au petit matin. 

Par contre, qu'ils soient définitivement inéligibles et privés de leurs droits civiques et n'aient plus le droit d'intervenir dans le débat public, qu'ils soient exclus de toute fonction importante dans l'Administration serait probablement souhaitable. 

Nous voulons seulement que ces gens rendent des comptes pour le mal qu'ils ont fait et adresser un message solennel à l'Histoire : on ne peut impunément maltraiter, insulter, mépriser, tromper, manipuler, voler et violer ainsi le peuple et la France. 

3) Troisième élément de réponse

François Asselineau a alors admis qu'avec l'affaire Aslthom, effectivement, ils fallait regarder et voir s'il était possible de faire quelque chose. 

Commentaire personnel :

Le propos fut assez modéré et peut laisser entendre que l'aspect économique et stratégique est plus grave que l'aspect moral et politique.

Mon sentiment général fut que probablement, une fois de plus, ces gens vont s'en tirer à bon compte.

Pour nuancer mon propos, je dirais que cette réponse de François Asselineau remonte à quelques années et que depuis, il y a la violente répression policière et judiciaire des Gilets Jaunes et l'escroquerie planétaire du Coronagate. 

Alors, il est probable, ou en tout cas possible, que François Asselineau ait évolué sur cette question. 

Deuxième partie :

Notre constitution

François Asselineau est connue pour être le chantre du Frexit, plus précisément de la la triple sortie, Union européenne, euro, OTAN est le coeur du programme de François Asselineau. Soit ! N'empêche qu'en homme très respectueux du droit, il propose une réforme de grande envergure de notre constitution. 

 

Où finit la loi, commence la tyrannie.

William Pitt

Ci-dessous, quelques liens concernant ce sujet. 

 

La réforme de la constitution concerne de nombreux aspects. 

En cliquant sur les onglets, +, à droite, il est possible d'accéder aux informations plus précises. 

 

Etienne Chouard est quant à lui spécialement connu pour placer l'écriture de la constitution au centre de toute sa réflexion politique. Il est folie selon lui de confier l'écriture des règles de pouvoirs aux hommes de pouvoir. 

C'est la raison pour laquelle il déploie depuis tant d'années à la création d'ateliers constituants. 

Cette rencontre allait donc être des plus intéressantes.  

Commentaire personnel : la trahison des élites

François Asselineau reconnait volontiers dans sa conférence sur l'Histoire de France que nous avons la singularité d'avoir des élites qui, régulièrement, trahissent l'intérêt des français et de la France.

"Dans une organisation internationale, il faut toujours mettre un Français à la tête, car les Français sont les seuls à ne jamais y défendre les intérêts de leur pays" 

Sir Christopher Soames, ancien vice-président britannique de la commission européenne

D'ailleurs, il suffit de taper, trahison des élites, dans le moteur de recherche de You Tube pour découvrir que beaucoup en ont parlé, de Juan Branco en passant par Emmanuel Todd et d'autres. Franck Lepage a évoqué aussi la question et Roland Gori a élargi le sujet en faisant une analyse systémique de sa remarquable Fabrique des Imposteurs.

Conférence : La Fabrique des Imposteurs

Certes, ce n'est pas parce que des intellectuels en ont parlé que nous devons nécessairement accepter la totalité de leur pensée sur tous les sujets. Cela signifie simplement que la question se pose, qu'elle est légitime et que nous devons y apporter une réponse. 

Encore maintenant, François Asselineau représente à mes yeux la seule proposition politique cohérente, je ne vois pour l'instant, personne d'autre, et pense avoir écouté la quasi totalité de ses interventions.

Or, je ne me souviens d'aucune réponse satisfaisante de sa part à cette question de la trahison des élites.

Je l'ai plusieurs fois entendu répéter qu'il était nécessaire de restaurer l'autorité de l'État, qu'un chef d'État intègre restaurerait la dignité et la confiance en la classe politique... mais il n'a jamais réussi à me convaincre là-dessus. 

Selon moi, nous devrions écouter ce que chacun à a proposer sur ce sujet parce que, c'est une question centrale. Si les élites n'ont cessé de nous trahir hier, pourquoi, par quel miracle, cesseraient-elles de nous trahir demain ? 

Où est-ce que je veux en venir ? 

Dans sa réforme de la constitution, François Asselineau propose de transformer notre Conseil Constitutionnel de fantoches, en une Cour Constitutionnelle inspirée de la Cour Constitutionnelle de Karlsruhe.

J'ai longtemps considéré que ce serait déjà un progrès remarquable. Jusqu'au jour où j'ai entendu Étienne Chouard rejeter cette idée à l'occasion de l'entretien avec François Asselineau.

J'ai du respect pour ceux qui cherchent, qui étudient un sujet depuis tant d'années qu'ils en arrivent, presque, à faire corps avec leur sujet d'étude : ils incarnent ce qu'ils disent. 

Selon Étienne Chouard, cette idée de nommer des magistrats professionnels seraient inefficace car ces gens font partie de l'élite et sont intellectuellement formés d'une telle façon qu'ils interpréteront le droit de la manière qui arrangera la classe dominante dont ils sont issus. 

J'ai trouvé l'idée intéressante car elle renvoie à la question de la trahison des élites dont je n'ai pour l'instant trouvé, aucune réponse satisfaisante. 

J'ai souvent regardé idée de tirage au sort si chère à Étienne Chouard avec une certaine incrédulité. Et puis, la situation a beaucoup changé :

- le sang a coulé sous les ponts avec les Gilets Jaunes,

- Philippe Pascot a montré une large corruption de la classe politique, et son immunité à peu près généralisée, avec une Christine Lagarde condamnée par la Cour de Justice de la République sans conséquence pour Elle, des élus condamnés au sursis ou qui sortent rapidement de prison....

- le Coronagate est la plus grande escroquerie de tous les temps....

"On a eu 30 000 morts en France, j’ai honte pour notre pays.

Sur ces 30 000, on aurait pu en éviter 20 000 voire 25 000"

Professeur Christian Perronne

ÇA + ÇA + ÇA... cela commence à faire beaucoup. Le dossier à charge devient un peu accablant. 

Et puis, pour revenir à quelque chose de plus modeste, si les élus sont réellement les représentants du peuple français, si réellement, le peuple français est le Patron des élus, alors c'est au peuple français de déterminer quel doit être le salaire des élus.

Quant à  cette capacité récurrente des élus de s'auto amnistier  c'est un pur scandale, tout comme d'ailleurs l'industrie pharmaceutique à propos des vaccins. 

Nous sommes arrivés à un tel niveau de bassesses qu'Étienne Chouard à raison sur ce point : c'est une folie de confier les règles de pouvoir aux hommes de pouvoir. 

Ainsi, établir une assemblée citoyenne chargé de contrôler et de juger les politiques va devenir une nécessité. Il faut DEVENIR le gouvernement disait Sri Aurobindo. Et effectivement, cette assemblée pourrait être tirée au sort, cela éviterait toute suscpission. 

Autres questions sur la constitution

Et puis, en regardant la réforme de la constitution proposée par François Asselineau, trois autres questions me sont venues et me semble pertinentes. 

1) Un Président trop puissant

François Asselineau a souvent ironisé que la création d'une VI ème République et son projet vise d'abord à restaurer la constitution de notre V ème République. 

Or, malgré le fait que notre constitution ait été largement détricotée, donc théoriquement moins puissante, cela n'empêche en rien Emmanuel Macron de jouir encore d'un incroyable pouvoir de nuisance. 

Notre constitution donne un grand pouvoir au Président et c'est parfait quand celui-ci est intègre. Et quand celui-ci est fou ? Puisque beaucoup se pose des questions sur l'état mental d'Emmanuel Macron. 

2) 6 pouvoirs

Une constitution est là pour définir l'exercice des relations entre les différents pouvoirs. 

La V ème République a été merveilleusement adaptée au niveau de conscience des 30 glorieuses. Qui nous dit qu'elle est adaptée au changement de conscience qui a lieu en ce moment ? Pour le dire autrement, j'ai l'intime conviction que le vieux monde est déjà mort et que nous entrons dans un monde si radicalement nouveau, que s'accrocher aux institutions du passé me semble être un signe d'une grande incompréhension sur ce qui est en train de se passer. 

François Asselineau voulait introduire dans la constitution le 4 ème pouvoir, le pouvoir médiatique. C'est une bonne chose.

Et pourquoi ne pas parler d'un autre pouvoir, qui lui aussi, a un pouvoir de nuisance considérable sur le monde : le pouvoir de l'argent, de la finance ? 

Et quelle place sera accordée dans notre future constitution au pouvoir du peuple ? Une ligne symbolique ici ou là. Inscrire le RIC en une ligne et on passe à autre chose ? 

Pouvoir exécutif, pouvoir législatif, pouvoir judiciaire, pouvoir médiatique, pouvoir financier, pouvoir du peuple : 6 pouvoirs qu'il s'agit de reconnaître, de définir, d'encadrer.

3) Qui va décider ? 

En quoi, cela devrait être François Asselineau ou l'UPR de décider de ces choses... si fondamentales ?

Puisque les élites ne cessent de nous trahir, c'est au peuple français, lui-même, de prendre en charge cette question et de définir les règles de l'exercice du pouvoir.

Quitte, bien entendu, à ce qu'il soit conseillé et que tous les points de vue puissent être exprimés.

Sur ce sujet et bien d'autres, pour la présidentielle de 2022, peut-être faudrait-il, avant tout écouter. 

Troisième partie :

La France vendue à la découpe

Une courte vidéo de François Asselineau peu éprouvante,

car le constat est assez terrible. 

Trois commentaires :

1) Je doute que l'avidité, la cupidité de la classe dominante soit la cause, le but. Mais, à la limite, peu importe, en tout cas, pour le moment. Il y a autre chose que simplement mettre la main sur la richesse nationale. 

2) Ce phénomène de, La France vendue a la découpe, ne date pas d'aujourd'hui. Ce n'est pas une découverte. C'est un phénomène qui a débuté bien avant Emmanuel Macron. 

3) Cette vidéo montre une réalité si douloureuse qu'elle appuie sur un point déjà très sensible et fait ressurgir une grande colère. Tout cela est tellement injuste, c'est un véritable racket organisé. 

Livre publié en janvier 2019

Quatrième partie :

Le rétablissement de la peine de mort ? 

Jamais je n'aurais pensé me poser un jour cette question tant la réponse semblait aller de soi. Mais nous arrivons à un tel mépris de la classe politique, à un tel niveau de corruption et de trahison, que j'en suis venu à souhaiter le rétablissement de la peine de mort pour... une personne : le chef de l'État.

J'en viens à me dire qu'il y a une telle colère sous jacente dans le peuple français, qu'un rien pourrait mettre le feu aux poudres et qu'il serait judicieux, en quelque sorte, de mettre en scène la colère du peuple français, de la canaliser vers, au final, celui qui devrait être le Premier responsable.

Vocabulaire guerrier 

François Asselineau a souligné le vocabulaire guerrier d'Emmanuel Macron. Je ne sais ce qu'il en pense mais pour ma part, sur ce point Emmanuel Macron me semble très sincère : il est en guerre contre le peuple Français et contre la France. Je n'ai aucun doute là-dessus et que cela fait des décennies qu'il en est ainsi.

Le peuple français doit comprendre quelque chose de psychologiquement difficile car c'est presque, contre nature. Le peuple français croit encore que les gouvernements, nécessairement, leur veulent du bien.

C'est comme papa-maman, qui nécessairement, devraient être bien intentionnés. C'est une illusion. Il y a parfois de mauvais parents, pour toutes sortes de raisons.

Quoiqu'il en soit, à moins de refuser de voir un éléphant dans un couloir, il devient compliqué de nier que le but semble être de détruire la France.

Bel et bien, nous sommes donc en guerre.

Pourtant, il y a quelques années l'UPR a reproché et exclu des adhérents qui avaient un vocabulaire trop guerrier. Peut-être avaient-ils vus et pressentis mieux que François Asselineau où nous en étions ? Ou mieux pris en compte cette dimension. 

Peut-être faudrait-il lire, étudier l'art de la guerre de Sun Tzu ? 

Peut-être faudrait-il se rapprocher de militaires ayant étudier la stratégie, le renseignement ?

Peut-être faudrait il faire davantage d'éducation populaire, non sur un commentaire régulier des informations, mais avec du recul sur les manipulations des masse ?

Peut-être faudrait-il, plutôt que de déverser un savoir magistral, animer des ateliers de prise de conscience ? 

Je ne sais pas ce que les autres doivent faire. Chacun doit savoir, découvrir ce qu'il a à faire. Par contre, nous pouvons certainement nous entendre sur le fait que la situation est.... très particulière. Extraordinairement particulière. Et que probablement, dans une situation pareille, il faut trouver de nouvelles façons de faire. 

L'exemple de Trump

Pour conclure, j'aimerais attirer l'attention sur un aspect de la stratégie de Donald Trump expliqué par Alexis Cossette de Radio Québec. 

En 2016, Donald Trump avait non seulement toutes les administrations contre lui, mais aussi tous les médias. Entre parenthèse, rien que cela devrait mettre la puce à l'oreille...

Trump drainait beaucoup de monde dans ses meetings et son discours était tout à fait normal, censé et puis, vers la fin, d'un seul coup, il lançait une petite phrase, tonitruante outrancière, dont les médias allait sauter dessus pour le caricaturer. 

Les paroles outrancières de Donald Trump ont fait partie d'une stratégie délibérée qui s'est avéré très efficace. 

Peut-être qu'un homme politique qui dirait qu'une fois élu, il ferait juger Emmanuel Macron par un tribunal militaire pour Haute Trahison et le ferait exécuter, probablement, cela ferait le buzz.... et cristalliserait toute la colère du peuple français qui ne demande qu'à.... s'exprimer. 

Parce que, la stratégie de Donald Trump, avec ses propos tellement outranciers, était à l'origine des choses, il obligeait les médias à réagir : c'était lui qui était à l'initiative, toujours un ou plusieurs coups à l'avance.

Il ne se contentait pas de commenter l'actualité, de réagir, il était à l'initiative. Et pour cela, il n'a pas hésité à sacrifier son image et à se faire passer pour un raciste, un misogyne  un ceci, un cela... 

Je ne dis pas qu'il faut tenir des propos outranciers, de faire le buzz pour faire le buzz, mais que d'une façon où d'une autre,  un chef doit être à l'initiative de l'action, avoir l'initiative, prendre l'initiative... 

Le maître de l'Aïkido, maitre Ueshiba a définit plusieurs principes. Et l'un d'entre eux est de.... commencer le premier. 

Cinquième partie :

Les réseaux pédocriminels ? 

Ça, c'est la boite de Pandore. Les médias ne cessent de parler de prédateurs isolés mais quand nous commençons à regarder le sujet nous découvrons épouvantés que ces choses existent depuis fort longtemps. 

Quand les gens sauront et découvriront que tant de gens savaient et se sont tus, il vont être dans une telle fureur que ces criminels supplieront à genoux d'être jugés. 

Un moment viendra ou la question de la réparation et de la justice devra se poser. 

Que ferons-nous des ministres de la justice qui ont couvert les crimes monstrueux de ces réseaux ? Que ferons-nous de tous ceux qui savaient et se sont tus ? 

Comment allons-nous nettoyer notre marais des complicités dans les services de police, de la protection de l'enfance et au sein de la magistrature ? 

Je terminerai avec la question que l'internaute posait à François Asselineau, parce qu'elle est pour moi non résolue et que nous arrivons à un intense point d'exaspération. À force de jeter de l'huile sur le feu, il est possible que le peuple finisse par s'enflammer. 

Alors, est-ce que ces gens qui ont fait tant de mal, qui font tant de mal, à différents niveau, vont  encore et encore et encore s'en tirer à bon compte ? 

Ou alors, est-ce que quelqu'un aura le courage de rendre la justice ? 

Conclusion :

Il fallait que j'aille au bout de mes réflexions sur ce sujet et cela vaut ce que ça vaut, à l'intérieur des limites du vieux monde. Je partagerai bientôt, des éléments qui seront plus.....novateurs.  

Retour à l'accueil