Introduction

Un peu difficile d'écrire en ce moment, la lecture de La Vie Divine me bouscule un peu, moins envie de méditer, comme si j'avais besoin de temps pour intégrer ce que je lis... 

À moins que cela ne soit autre chose, période encore troublée, dehors et dedans. 

Une expérience est arrivée, il y a une semaine ou deux, je ne m'en souviens plus dans le détail, pas eu le courage de noter sur le moment. 

Vie déployée

Les chapitres 18 et 19 sur la Vie m'ont un peu secoué et je me souviens que la première fois, il y a eut comme une réconciliation entre le mental en moi et la vie en moi.

C'est comme si le mental lâchait prise, se retirait, autorisait les mouvements de la vie...

Alors l'énergie s'est mise à circuler, surtout dans tout le côté gauche du corps qui est souvent plus inerte. Je me me souviens plus mais les sensations étaient....bizarres, disons nouvelles, avec au final, une impression générale de la vie qui se déploie, la vie intérieure.

La sensation était agréable et sur le plan psychologique, cela donnait l'impression d'une réconciliation entre le mental et le vital, d'une meilleure harmonie entre eux, quelque chose comme ça. 

Un équilibrage, une harmonie entre la partie droite et gauche du corps. 

Les méditations suivantes sur "la vie", ont été très différentes comme si cette méditation-là avait tout de même guéri quelque chose. 

Vie crucifiée

Cette impression de d'énergie-de-vie qui se déploie est en contradiction une sensation d'être intérieurement... crucifié. 

La première fois, je n'y ai pas vraiment prêté attention et puis la sensation est revenue plusieurs fois alors j'ai mieux regardé.

Physiquement, la chose doit être épouvantablement douloureuse, ce n'est pas ce que je ressentais. Ce n'était même pas vraiment douloureux. En fait, cela ressemblait au piège des fidélités contradictoires.

Lorsque nous sommes traversés par plusieurs courants contraires, plusieurs aspirations opposées, plusieurs éléments en contradiction, nous nous retrouvons dans une sorte de sensation - sentiment d'être intérieurement placés dans une incompréhension totale et une incapacité à agir.

Je me suis retrouvé plusieurs fois dans une sensation intérieure comme cela, comme si la conscience essayait de concilier des éléments inconciliables, apparemment. 

Il y avait l'impression d'être, sur le plan invisible, occulte, crucifié, dans l'incapacité de bouger.

Cela me donnait aussi une sensation d'écartèlement à la différence que je ne sentais plus la jambe droite, comme si les bras et la jambe gauche étaient clouées, mais pas la droite... 

Je me souviens avoir entendu, dans le milieu chrétien, que la crucifixion était un processus intérieur, un moment particulier, que cela signifiait quelque chose... c'est très vague, je n'ai pas regardé la chose et j'ignore si ce que j'ai ressenti à quelque chose à voir avec cela.

En tout cas, sur le plan énergétique, je ne sais pas, mais sur le plan psychologique, cela rejoint les sentiments de totale incompréhension, de totale incapacité qui me traversent assez régulièrement... 

Immobilité intérieure

Dans une autre méditation, une grande immobilité s'est installée dans le corps, alors, en apparence, il ne se passait plus rien.

En général, quand ce genre de sensation arrive, j'ai l'impression que cela permet de descendre dans une couche plus profonde, de percevoir, en-dessous de cette immobilité, qu'il y a d'autres mouvements, beaucoup plus fins. 

Pour le dire autrement, j'ai l'impression que lorsque les mouvements mentaux, émotionnels ou énergétiques superficiels se tranquillisent, s'immobilisent, alors nous commençons à percevoir les mouvements de vie cellulaires. Je n'en suis pas certain, c'est une impression. 

Avec ou sans Dieu...

Une autre impression m'a traversé à plusieurs reprises. Finalement, la question se résume à vivre avec le Divin ou sans le Divin. À chaque instant. À chaque instant, une partie de notre conscience reste tournée vers La Présence, ou bien, on oublie...

Alors, cela devient comme être en pilote automatique, fonctionner au radar...

C'est une sensation très fine, d'avec ou sans.... quelque chose de très simple, et qui semble changer beaucoup de choses... 

Un peu décourageant aussi parce que, dans 90 % du temps, peut-être un peu moins, le Divin est purement et simplement oublié, il n'existe plus.... pour notre conscience de veille.

La vie est une énigme avec Dieu pour clef...

Sri Aurobindo - cité de mémoire

À suivre...

Retour à l'accueil