Parmi le florilèges d'informations, cette courte vidéo fait le point de la situation vaccinale, et d'une certaine façon, c'est assez réjouissant. 

Et pour continuer sur le ton de la légèreté  ce poème de François Asselineau 

Maître Macron, du haut de l'Élysée, 
Tenait en son bec des suffrages.
Maître Bayrou, par l'odeur alléché,
Lui tint à peu près ce langage :
Et bonjour, Monsieur du Macron.
Voici venu le temps de truquer l'élection !
Sans mentir le vote par postage
Nous rapportera un max de suffragesVous serez réélu dans un an je le crois.
À ces mots, le Macron ne se sent pas de joie ;
Et pour montrer qu'il est bien à la page,
Il dit à la télé qu'il crée le vote-postage
Le Bayrou s'en réjouit, et dit à l'Élysée :
Apprenez que je bouffe à tous les râteliers !
Je ne vis qu'aux dépens des couillons qui m'écoutent.
Cette leçon vaut bien des suffrages, sans doute.
De l'Europe, Macron feignant d'être convaincu,
Espéra « en même temps » qu'il serait réélu.
F. Asselineau

Et pour finir en chanson 😃😃😃

😁...Du coup, après avoir écouté cette parodie, pendant plusieurs jours j'ai eu dans la tête le refrain de la chanson de Pierre Bachelet au point de me demander de qui parle t-il.... 

Ce n'est certainement pas

La Dame de Haute-Savoie

mais il est possible que cela soit

Celle qui n'a qu'à ouvrir Ses bras pour tout reconstruire.... 

đŸ˜Šâ€ïžđŸŠ‹

Retour Ă  l'accueil