Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par pascalemmanuel

« Dans chaque pays, la meilleure éducation à donner aux enfants, consiste à leur enseigner quelle est la vraie nature de leur pays, ses qualités propres et la mission que leur nation doit remplir dans le monde, sa place véritable dans le concert terrestre.

À cela doit s’ajouter une vaste compréhension du rôle des autres nations, mais sans esprit d’imitation et sans jamais perdre de vue le génie propre de leur pays.

La France, c’était la générosité des sentiments, la nouveauté et la hardiesse des idées, l’action chevaleresque. C’est cette France-là qui commande le respect et l’admiration de tous ; c’est par ces vertus qu’elle a dominé le monde. Une France utilitaire, calculatrice et mercantile, n’est plus la France ; ces choses ne sont pas conformes à sa vraie nature, et en les pratiquant, elle perd la noblesse de sa position mondiale.

Voilà ce qu’il faudrait faire savoir aux enfants aujourd’hui. »

Les Entretiens de Mère – 4 avril 1955

Et pendant ce temps-là,

Macron l'usurpateur,

parle de déconstruire l'histoire....

Anniversaire de Napoléon

5 mai 2021

200 ème anniversaire

de la mort de Napoléon à Sainte Hélène

Une émission intéressante dans laquelle nous apprenons beaucoup de choses sur Napoléon même si j'ai été plus interpelé par le fait, qu'avec Jacques Chirac, la politique de repentance avait pris un tournant décisif particulièrement nauséabond et mortifère, avec la décision de fêter Trafalgar et l'interdiction de fêter Austerlitz.

Depuis Jules César qui a corrompu les élites gauloises en passant par l'évêque Cauchon, recteur de la Sorbonne, c'est la sempiternelle trahison des élites qui semble vouer une haine de la France. Ces gens devraient avoir honte et ne devraient pas être en mesure d'occuper les postes qu'ils occupent. 

* * *

Deux courts articles de Sri Aurobindo :

Sri Aurobindo et la Révolution Française

et

L'oeuvre de Bonaparte

Aphorisme 28 de Sri Aurobindo 

On a traité Napoléon de tyran et d’impérial coupeur de gorges ; mais j’ai vu Dieu en armes qui chevauchait l’Europe.

Question d'un disciple :

Toutes ces guerres sont‐elles nécessaires à l’évolution terrestre ?

Réponse de Mère (le 13 avril 1960) :

À un certain stade du développement humain, les guerres sont inévitables. aux époques préhistoriques, toute la vie était une guerre ; et jusqu’à nos jours, l’histoire humaine est une longue histoire de guerres.

Les guerres sont le résultat naturel d’un état de conscience dominé par la lutte pour la vie et par l’agressivité égoïste. Et à l’heure actuelle, rien encore, malgré certains efforts humains vers la paix, ne peut nous donner la certitude que la guerre n’est plus une calamité inévitable.

En fait, ouvertement ou non, l’état de guerre n’existe-t-il point en ce moment même sur bien des points de la terre ?

D’ailleurs, tout ce qui se passe sur la terre conduit nécessairement à son progrès.

Ainsi les guerres sont une école de courage, d’endurance, d’intrépidité ; elles peuvent servir à détruire un passé qui se refuse à disparaître alors que son temps est fini, pour qu’il fasse place aux choses nouvelles ; les guerres peuvent être, comme à Kurukshetra (1), le moyen de purger la terre d’une race dominatrice ou destructrice afin que puissent régner la justice et le droit. elles peuvent, par la présence du danger, secouer l’apathie des consciences trop tâmasiques (2) et réveiller les énergies endormies.

Enfin elles peuvent, par contraste, et à cause des horreurs qui les accompagnent et les suivent, pousser les hommes à chercher un moyen efficace de rendre inutile cette forme violente et barbare de transformation.

Car tout ce qui est inutile à l’évolution terrestre cesse, automatiquement, d’exister.

(1) Le champ de bataille légendaire de la bhagavad-Gîtâ où s’affrontèrent les Kauravas et les pândavas conduits par Sri Krishna.

(2) Dans la psychologie indienne, tamas désigne le principe d'inertie et d'obscurité.

Question d'un disciple :

Tu as écrit : « elles [les guerres] peuvent servir à détruire un passé qui se refuse à disparaître alors que son temps est fini, pour qu’il fasse place aux choses nouvelles. » Maintenant que le Supramental est descendu sur terre, la guerre sera‐t‐elle nécessaire pour changer l’état présent du monde ?

Réponse de Mère (le 15 avril 1960) :

Tout va dépendre de la réceptivité des nations.

Si elles s’ouvrent largement et promptement à l’influence des forces nouvelles et que dans leurs conceptions et leurs actions elles changent assez vite, la guerre pourra être évitée.

Mais elle est toujours menaçante et toujours en suspens ; chaque erreur commise, chaque obscurcissement de la conscience, augmente cette menace.

Pourtant, en dernière analyse, tout dépend réellement de la Grâce divine, et nous devons regarder l’avenir avec confiance et sérénité, tout en progressant aussi rapidement que nous le pouvons.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article