Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par pascalemmanuel

Petit retour sur cet Entretien du 8 juin 1955 qui m'a tant marqué. Extrait :

"Depuis que je vous fais ces leçons, je vous parle de la chose, mais il est très rare que je vous aie pris individuellement et que je vous aie dit : «Voulez-vous le faire, ou ne voulez-vous pas ?» C’est seulement ceux qui ont au-dedans d’eux-mêmes, qui ont eu une impulsion, une sorte d’instinct, et qui sont venus dire : «Oui, je veux faire le yoga.» Alors c’est fini. Mais je leur dis : «Bon, voilà les conditions, voilà comment c’est. "

Commentaire :

De quelles conditions, s'agit-il ? Est-ce celles données à l'Ashram ? Pas de relations sexuelles - pas d'alcool et de tabac - et pas de politique. Ou s'agit-il ou d'autres choses ?

Encore que, Sri Aurobindo a dit que le tabac n'était pas incompatible avec le yoga, que Mère Elle-même donnait des paquets de cigarette à Satprem et que Satprem buvait de temps en temps un verre de Brandy. Sans parler du fait que, sans faire de politique, ils étaient tous très liées aux événements politiques. 

Il me semble que, sur ce sujet, je commence à comprendre. Nous sommes concentrés à l'intérieur, sur l'Univers, le Divin, en prière, en méditation, dans un travail intérieur plus ou moins profond pour observer, purifier, transformer tel élément de notre nature.... c'est difficile, cela demande un certain effort d'attention, de concentration, d'endurance, tout ce travail enclenche certaines forces, certaines vibrations, certaines fréquences...

Et puis, nous en sortons, nous allumons l'ordinateur et nous regardons une information sur les effets secondaires des vaccins, nous assistons à un débat politique - même si c'est avec des gens posés et très intéressants - etc, toute l'actualité du monde....et la différence de vibration est incroyablement différente.

Je me répète souvent qu'il faudrait, non pas se couper du monde, mais éviter de se mettre en contact de l'actualité politique parce que c'est une atmosphère de conflits permanents et que pour ce yoga, nous avons besoin d'enraciner la paix en nous. 

Non seulement pour une question de qualité vibratoire mais aussi pour une question de rythme. Le travail intérieur demande du temps, de la lenteur alors que le rythme extérieur est effréné. Et ce décalage dans le rythme, j'en suis persuadé peut faire tout à fait perdre l'équilibre au point de nous rendre malade. 

Entre la méthode radicale à peu près impossible de rejeter tout ce qui perturbe et détourne du chemin du yoga et la méthode douce de simplement limiter les contacts avec l'extérieur, il y a certainement une position vraie à trouver... pour chacun. 

Quant à l'absence de relations sexuelles, cela inclut aussi l'intrusion du désir sexuel et autres fantaisies, qui amènent beaucoup de trouble et d'agitation dans la conscience. Il faut beaucoup de temps pour purifier toute notre nature. 

Au final, ces conditions doivent en partie dépendre des individus, d'où ils en sont, de leurs construction intérieure, de leurs forces et faiblesses....

Pourtant, dans cet Entretien Mère donnent plusieurs indications sur ces conditions ; revenons au texte. 

1) Le premier élément déjà évoqué est que nous de devons pas rechercher la vie spirituelle ou faire le yoga pour un motif égoïste, personnel mais pour réaliser la Volonté divine, l'Oeuvre divine...

2) Le deuxième élément est qu'il faut avoir senti quelque chose à l'intérieur de soi, un désir, une envie, une impulsion. Nous ne devons forcer personne et personne ne doit nous contraindre, il faut que cela vienne de nous. C'est un mouvement qui part de l'intérieur.

"Il faut que vous partiez avec une certitude intérieure que vous êtes ici pour ça et que vous voulez ça, ça suffit. N’est-ce pas, on peut avoir une très bonne volonté, une vie orientée vers une réalisation divine, en tout cas une sorte de consécration plus ou moins superficielle à une action divine, et ne pas faire le yoga."

Ainsi, même désirer mener une vie spirituelle et faire le yoga sont des choses différentes... 

3) Le troisième élément est que cela repose sur une décision-résolution en conscience, en toute connaissance de cause et qu'alors, il ne faut plus broncher, arrêter de se plaindre et aller tout droit, sans dévier... 

Et pour faire le yoga, il faut le vouloir consciemment, il faut savoir ce que c’est, d’abord. Il faut savoir ce que c’est, il faut en prendre la résolution ; mais une fois qu’on a pris la résolution, alors il ne faut plus broncher.

C’est pour ça qu’il faut la prendre en toute connaissance de cause.

Il faut savoir ce qu’on décide quand on dit «Je veux faire le yoga» ; et c’est pour ça que je ne pense pas vous avoir jamais pressés à ce point de vue-là.

Je peux vous parler de la chose. Oh ! je vous en parle beaucoup, vous êtes ici pour qu’on vous en parle ; mais individuellement, ce sont seulement ceux qui sont venus en disant : «Oui, j’ai en tout cas mon idée sur le yoga et je veux le faire», c’est bon.

/...

La décision doit venir du dedans. Ceux qui viennent consciemment pour le yoga, sachant ce que c’est que le yoga, eh bien, leurs conditions de vie ici sont... extérieurement il n’y a aucune différence, mais intérieurement il y a une très grande différence.

Il y a une sorte d’absolu dans la conscience, qui ne laisse pas dévier du chemin : les erreurs qu’on commet, immédiatement elles deviennent visibles avec des conséquences suffisantes pour qu’on ne puisse pas se tromper, et les choses deviennent très sérieuses.

/...

Mais le jour où vous faites un choix — quand vous l’aurez fait en toute sincérité, et que vous aurez senti au-dedans de vous une décision radicale —, alors c’est différent. Il y a la lumière et le chemin à suivre, tout droit, et il ne faut pas en dévier. Il ne trompe personne, vous savez, le yoga, ce n’est pas une plaisanterie. Il faut savoir ce que l’on fait quand on le choisit. Mais quand on le choisit, il faut s’y tenir. On n’a plus le droit de broncher. Il faut aller tout droit.

Le chemin parfait

Le chemin parfait

Conclusion...

Cet aspect du chemin, tout droit et sans dévier, me laisse perplexe, songeur et sur une impression.... magnifique, très puissant.  

D'autres textes abordent cette question des conditions, j'y reviendrai plus tard car le plus important, ce sont les bases. 

Droiture

Droiture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article