Nuit du 11 au 12 septembre,

Quelques difficultés à trouver le sommeil. Il est vrai que si l'on évite de tourner autour du pot et qu'on appelle un chat un chat, un certain nombre de scientifiques n'hésitent plus à dire que, selon eux, une grande partie des personnes vaccinées risquent tout simplement de mourir à la prochaine grippe hivernale et que ceux qui survivront risquent d'être stériles.

Alors, face à un potentiel génocide comme l'humanité n'en a encore jamais connu, c'est peut-être assez normal de perdre un peu le sommeil et de se poser certaines questions sur les événements à venir. 

Peut-être qu'un jour nous nous nous reprocherons de ne pas avoir assez fait pour prévenir les gens. À moins que ce travail d'information n'est plus aussi utile et que l'essentiel est le travail "intérieur", le travail "spirituel" de se transformer, de se purifier, de prier, de méditer pour envoyer de bonnes vibrations, d'aspirer au nouveau monde de beauté et de vérité. 

Dans un moment pareil de notre histoire, nous aimerions savoir ce qu'il convient de faire, mais personne ne peut répondre à notre place, c'est chacun en son âme et conscience.

En tout cas, un peu secoué par les informations vaccinales, je me suis posé en méditation et toute de suite c'est cette parole de Sri Aurobindo qui m'est revenu.

What one cannot do oneself one can get done by calling the mothers's force. To receive that and let it work in you is the true means of succes in the Sadhana. Sri Aurobindo 

Traduction google

Ce que l'on ne peut pas faire soi-même, on peut le faire en faisant appel à la force de la Mère. La recevoir et la laisser agir en soi est le véritable moyen de réussir dans la Sadhana. Sri Aurobindo 

Première Réponse de l'Inconscient à la Force Divine

Et je me disait, c'est le côté pratique qui m'intéresse : est-ce que nous avons vraiment l'expérience du contact avec Mère, de la Force de la Mère divine ? Est-ce que nous en avons l'expérience ? Alors, avec mes angoisses du moment, mes incertitudes et tout et tout, je me suis tourné vers Mère.

Immédiatement, j'ai senti une force travailler sur la partie gauche du corps, le cerveau gauche et le lendemain, j'ai encore un peu mal à la tête comme si des structures encore trop rigides résistaient. C'est la résistance qui fait mal, l'incapacité à recevoir les vibrations nouvelles, c'est un manque de souplesse dans telle et telle partie de la conscience - en l'occurence pour cette fois, la conscience mentale. 

Pendant longtemps, tout le côté gauche était comme gonflé, regonflé.

À un moment donné, une couleur terre sombre, est venue à la conscience. Comme si c'était la couleur de mon aura, comme si je baignais dans cette couleur. Cela m'a rendu un peu triste car ce n'était pas une couleur très claire et très lumineuse. Mais bon, c'est précisément ce qui est sombre qu'il faut clarifier et puis, j'étais peut-être en contact avec la terre. Mon corps et la terre, un seul bloc. D'ailleurs, en méditation, je n'arrive jamais vraiment à décoller, à sentir les immensités paisibles immatérielles, c'est tout le temps dans le cors que j'observe, ressens. Quel corps ou quel couche du corps ? C'est une autre histoire.

Autre chose m'a surpris, une impression de carré. Habituellement, quand nous voyons des photos sur l'aura des personnes, sur leur corps énergétique, les énergies gardent à peu près la forme du corps humain. Là, j'avais l'impression d'être assis dans un carré de couleur marron-sombre. Très stable, presque compact. Je n'avais jamais vu cette couleur et je ne me souviens pas non plus de cette impression si forte de carré.

Alors, la Force de Mère, puisque c'est vers ça que j'étais tourné, travaillait là-dedans. À certains moments, des images venaient, parfois, ce n'était que des sensations... mais la plupart du temps, le sens m'échappait. 

L'aspiration de mon coeur faisait descendre une Force dans mon corps et à un moment donné, en observant bien, j'en senti que cette Force faisait des petits tourbillons dans une partie du corps à droite de l'abdomen, un petit mouvement de rotation très subtil, très profond. Cela m'a semblé si délicat, si infime que cela m'a fait penser à la rotation des électrons autour du noyau. Pourtant, dans la méditation, la concentration, c'était clair, perceptible.  Jamais je n'avais perçu cela.

Dans la foulée, une drôle de respiration est venue, toute simple. Une courte inspiration, naturelle, sans forcer, comme aspirer la Conscience, l'énergie dans le corps,  courte rétention poumons pleins avec l'énergie qui se dirige, se déverse vers telle ou telle partie du corps, courte expiration sans rétention poumons vide et l'inspiration qui repart d'elle-même. J'ignore pourquoi cette respiration est venue, cela me donnait l'impression que cela rechargeait puissamment les batteries, que cela faisait partie d'un processus de guérison, de nettoyage. Pendant plusieurs minutes, ce fut comme cela. 

Et puis ma méditation est en quelque sorte entrée dans une autre phase. Je me suis alors souvenu que Sri Aurobindo avait expliqué que l'attitude naturelle de l'être psychique était de se sentir l'enfant de la Mère divine. Alors je me suis tourné vers l'intérieur à la recherche de ce qui se sentait ainsi, par ce que "moi", ma personnalité de surface ne se sent pas nécessairement ainsi. Il me semble que ce qui en nous se perçoit l'enfant du Divin est très enfoui. Alors, dans ma méditation, il s'agissait de laisser remonter ça à la surface.

Comme d'habitude, rien de spectaculaire, mais cela a travaillé dans la tête, dans la poitrine, dans l'abdomen avec aussi un effort pour replacer chaque sensation, chaque perception dans une conscience impersonnelle. 

Ensuite, je me suis endormi aussitôt, nettoyé des inquiétudes qui me hantaient. Réveil reposé avec l'image fugace d'un rêve dans le quel j'avais un tatouage tout autour du poignet droit, jusqu'au début des doigts et à mi distance coude. Ayant un a priori assez négatif avec les tatouages, je me suis passé le bras sous l'eau et une partie du tatouage s'est effacé. 

Parmi toutes les choses que nous pouvons faire, nous tourner vers la Mère divine en est une. Si Sri Aurobindo nous dit que c'est le vrai chemin du succès dans la sadhana, c'est peut-être vrai...😊

❤️🙏❤️

Retour à l'accueil