Dans cette vidéo Yann nous explique entre autre, que le temps des jeux de pouvoirs était terminé et qu'une nouvelle lune était un moment privilégié propice pour induire un changement.

Nous sommes tout à fait dans ce type de passage, nous quittons un vieux monde et nous entrons dans un nouveau, le moment de la nouvelle lune est propice pour "programmer" ce vers quoi nous voulons aller.

Je vous invite à écouter les explications très claires de Yann... 

Cette séance en ligne de Professeur Xi permet justement de s'ouvrir à de nouvelles vibrations...

Un grand merci à lui pour cette belle pratique et à Nadège pour la traduction en français. 

Heureux hasard, je reçois à l'instant d'un ami d'Auroville cette vidéo de Mère. J'ignore les circonstances mais le plus important est de sentir les belles vibrations...

Et je termine ce court article avec quelques paroles puissantes de Mère issues de L'Agenda. 

Agenda du 10 mai 1958

Si nous acceptions le Suprême au-dedans de notre corps, si l’on avait l’expérience que j’ai eue il y a quelques jours [*] : c’est la suprême Connaissance en action, avec la suppression totale de toutes les conséquences, passées et futures. Chaque seconde a son éternité et sa loi propre qui est une loi d’absolue vérité.

[*] : expérience du 1er mai 1958

*

Agenda du 25 avril 1961

Maintenant c’est une sorte d’absoluité dans chaque-chaque seconde, chaque mouvement, depuis le mouvement le plus subtil, le plus spirituel, jusqu’au plus matériel ; c’est cet enchaînement qui a disparu. L’enchaînement a disparu : ça n’est pas la «cause» de ça ; et ça n’est pas fait «pour» ça; on ne va pas «là» – tout cela paraît...

*

Agenda du 7 décembre 1966

Je vois cela pour les cellules du corps : il y a des moments, pendant quelques secondes ou quelques minutes (au plus quelques heures, mais pas pour les choses physiques ; pour les choses physiques, ce sont toujours des secondes et des minutes), tout d'un coup, une sorte de perfection se manifeste – et puis ça disparaît.

Et on voit très bien que ça ne peut pas rester parce qu'il y a une invasion continue de tout ce qui est autour, qui est imparfait. Et alors, c'est englouti.

Comme le premier jour quand les forces supramentales sont descendues [en 1956] ; je les voyais descendre, n'est-ce pas, et je voyais ces grandes volutes des forces de la terre: brrf! brrf! (geste de soulèvement et d'engloutissement) et puis c'était avalé. Ça descendait en masses formidables, mais ces volutes étaient encore plus formidables, et elles venaient, brrf ! et elles avalaient et Ça disparaissait.

C'est resté encore comme cela.

C'est toujours là. C'est là et Ça travaille, mais... les vibrations opposées sont encore trop puissantes et en quantité trop considérable pour que Ça ne disparaisse pas dans la masse. Mais du dedans, Ça travaille, Ça travaille...

Et c'est comme cela pour le corps : pendant quelques secondes, au plus quelques minutes, tout d'un coup le corps se sent dans un état de puissance irrésistible, de joie indicible, de luminosité sans obscurité – c'est une merveille, n'est-ce pas. Ah ! on dit : «Ça y est !» Et puis ça disparaît. Juste le temps de s'en apercevoir. C'est-à-dire que ça vient pour vous montrer : c'est comme ça, ce sera comme ça.

Oui, mais quand ce sera comme ça, on s'en apercevra !

Mais cette fixité, comment va-t-elle se changer en une plasticité suffisante pour exprimer ce qui est dedans ?... Sri Aurobindo avait dit trois cents ans – ça me paraît très court. Il y a des millénaires d'habitudes ! C'est fixe, dur, sec, mince.

…/...

Seulement, il est vrai que, par exemple, ces quelques secondes (qui me viennent de temps en temps et d'une façon de plus en plus répétée), ces quelques secondes, si on les regarde calmement, eh bien, ça vaut la peine de beaucoup d'efforts. Ça mérite bien des années de lutte et d'effort pour avoir ça, parce que ça... Ça, c'est au-delà de tout ce qui est perceptible, compréhensible, même possible pour la vie telle qu'elle est maintenant. C'est... c'est inimaginable.

*

Agenda du 26  juin 1968

L'éducation de la conscience physique (pas la conscience globale du corps, mais la conscience des cellules) consiste à leur apprendre... 

C'est d'abord un choix (ça a l'apparence d'un choix) : c'est de choisir la Présence divine – la Conscience divine, la Présence divine, le Pouvoir divin (tout cela sans mots), le «quelque chose» que nous définissons comme Maître absolu. 

C'est un choix DE CHAQUE SECONDE entre les vieilles lois de la Nature – avec quelque influence mentale et toute la vie telle qu'elle a été organisée –, le choix entre cela, le gouvernement de cela, et le gouvernement de la Conscience suprême qui est aussi présente (le sentiment de la Présence est aussi grand) ; l'autre, c'est plus l'habitude, et ça, c'est la Présence. 

Et c'est à chaque seconde (c'est infiniment intéressant), avec illustrations : par exemple, les nerfs... si le nerf obéit à cet ensemble des lois de la Nature et des conclusions mentales et de tout cela – tout ce machin –, alors la douleur se fait sentir ; et s'il obéit à l'influence de la Conscience suprême, il y a un curieux phénomène qui se produit... ce n'est pas comme quelque chose qui se «guérit» – on pourrait plutôt dire que ça s'efface comme une irréalité.

Et ça, c'est la vie de chaque seconde, pour la moindre chose, tout le fonctionnement du corps : sommeil, nourriture, toilette, activités, tout-tout-tout – chaque seconde. 

Et le corps apprend. Il y a naturellement des hésitations qui viennent de la puissance de l'habitude et puis des vieilles idées qui flottent dans l'air (geste grouillant dans l'atmosphère) : tout cela n'est pas personnel. C'est formidable comme travail.

C'est continu.

C'est continu. Il y avait un temps où c'était oublié de temps en temps ; maintenant, ça commence à ne plus être oublié. C'est continu. Il n'y a qu'une chose qui l'interrompt, c'est le travail avec l'extérieur, le rapport avec les autres pour cette action qui consiste à les imbiber – les imbiber de conscience divine.

*

Commentaire :

Ainsi, pour résumer, Mère nous assure que :

1) si nous recevons la Présence du Suprême dans notre corps, les lois habituelles changent complètement, à commencer par l'apparente loi de cause à effets : chaque seconde à sa loi d'absolue vérité. Si nous pouvions être davantage en contact avec ça, plutôt qu'avec ce qu'on en pense, ce qu'on interprète, ce qu'on imagine, ce qu'on croit, ce qu'on espère et patati et patata... 

2) qu'une seule seconde de cette expérience-là, vaut la peine de beaucoup-beaucoup d'efforts... 

3) Que cela semble reposer sur le fait de choisir la Présence divine, la Conscience divine... 

Si la nouvelle lune est le moment privilégié pour induire en nous des orientations nouvelles, nous pourrions utiliser ce moment pour intégrer ces nouvelles informations... 

Retour à l'accueil