Vendredi matin, j'avais mon premier rendez-vous à l'hôpital d'Alès et je n'avais même pas pris la peine de leur téléphoner pour savoir s'il fallait le pass pour entrer. J'ai sans doute bien fait car au téléphone, on m'aurait dit qu'il en fallait un et je ne serais certainement pas venu. 

À la porte d'entrée, il y avait effectivement des pancartes indiquant que le pass était nécessaire et il y avait un vigile qui prenait la température des gens et un pompier qui vérifiait la validité des pass. 

J'ai joué les imbéciles en racontant, ce qui était vrai d'ailleurs, c'est qu'une formatrice intervenant à l'hôpital venait de me dire qu'elle avait entendu à la télé que le pass n'était pas nécessaire quand on avait un rendez-vous.

Le pompier m'a détrompé et m'a confirmé qu'il était nécessaire pour n'importe quel rendez-vous, mais quand je lui ai dit pourquoi je venais, il m'a laissé quand même laisser entrer... sans pass. 

Premier rendez-vous avec ce médecin que je ne connaissais pas, et j'aurais dû m'en douter, il m'a demandé pourquoi je ne voulais pas me faire vacciner. 

Je lui ai dit que je n'étais pas un cobaye et que je n'avais aucune envie de recevoir un produit en cours d'expérimentation, surtout pour une maladie dont 99 % des gens ne meurent pas s'ils sont soignés.

Il m'a alors détrompé en me disant qu'il y avait des morts du covid...

Je lui ai répondu que beaucoup de gens étaient morts avec le covid et non du covid, y compris, c'est sorti comme ça, j'étais un peu énervé, des morts qui sont morts tombés de leur cerisier....

Il a halluciné 😀 et m'a un peu regardé comme si j'avais fumé la moquette en me disant qu'il m'assurait qu'en tant que médecin il avait vu des gens mourir du covid et non pas en tombant de leur cerisier...

J'ai terminé en disant que je n'avais pas confiance. Fin de la discussion, j'étais recroquevillé sur ma chaise, fermé comme une huître. 😁

Quand l'émotionnel s'en mêle, faudrait mieux se taire, on perd ses moyens, cela fait un court circuit dans le cerveau. Aucun sens de la répartie. Après coup, j'ai pensé que j'aurais pu lui demander :

 1) l'âge des personnes qu'il a vu mourir,

2) si elles avaient des comorbidités,

3) les dates des pics de mortalité,

4) quels traitements elles ont reçu,

5) et surtout si elles étaient vaccinées.

Plus tard, je me suis dit que, de toute façon, avec tout ce qui s'est passé depuis deux ans, je sentais désormais une profonde défiance vis-à-vis des autorités médicales. Pire que de la méfiance, de la défiance. C'est le pouvoir médical qui a cassé la confiance que nous pouvions avoir dans les médecins, ce sera à lui, de reconstruire ce lien de confiance. Je parle en général et évidemment, il reste les cas particuliers et des médecins qui ne se font pas les propagandistes de l'état profond français. Encore faut-il les connaître et pouvoir les rencontrer autre part que sur internet.

Les derniers que j'ai connu m'ont fait de la propagande "pro-masque" et m'ont assuré que l'hydroxychloroquine et l'ivermectine ne marchaient pas. Nous n'avons manifestement pas les mêmes sources d'information et hélas, même discuter, remettre en cause le discours dominant, devient... compliqué, voir dangereux. 

Ce qu'il s'est passé, ce n'est rien, apparemment, et pourtant pendant deux jours, cela a été assez bousculé. Une chose est certaine, cette crise aura beaucoup saccagé le plan relationnel - les rapports humains sont un peu un peu un champ de ruines. 

Quand l'extérieur s'effondre, il importe encore plus de trouver le refuge en soi, ce point inaltérable, et avec un peu plus de recul, cette fois, c'est l'aphorisme 398 de Sri Aurobindo qui m'est revenu en mémoire.

"Dieu en nous est Volonté infinie qui s'accomplit spontanément. Insensible à la peur de la mort, ne peux-tu point Lui laisser le soin de tes maux, non pas à titre d'essai mais avec une foi calme et entière ? Tu t'apercevras finalement qu'Il surpasse l'habileté d'un million de docteurs." 

Quand il n'y aura plus de docteurs, que tous auront été dévorés par l'ogre Big Pharma, il restera toujours le Divin médecin. Pour ceux qui veulent lire ses autres aphorismes sur la santé, voir le lien ci-dessous.

Ce dimanche matin, dans une méditation, il est venu avec une certaine force que toutes les solutions était dedans. 

À l'extérieur, cela devient compliqué. Même trouver un nouveau médecin traitant ou un dentiste, c'est compliqué. Sur le secteur, ce médecin m'a tout de même appris que pour 6 départ, il y avait une arrivée. 

Si nous ne trouvons plus les professionnels de santé à l'extérieur, il est temps de retrouver cette vérité que l'état de Santé vient de l'intérieur. 

Alors,  je me suis assis en observation, introspection avec ce signal donné au pouvoir de la conscience, cette intention, de laisser émerger la santé, de s'aligner sur la vibration de santé, de laisser la régénération naturelle se manifester...

Santé

J'ai senti alors que cela travaillait beaucoup pour amener la paix, sur les yeux, dans les yeux, et derrière le lobe frontal, sur cette fameuse épaule droite aussi...

C'est curieux, dès que nous nous rendons disponible, que nous cessons de nous occuper l'esprit avec des tas de distractions, dès que l'on se pose en mode calme, réceptif... tout de suite les énergies se mettent à circuler, travailler...

Dès que nous ne faisons rien, ça prend le relais et quelque chose travaille en nous, une énergie, une force, une conscience, une présence... 

Du "bon appétit" au "bonne chance"...

Pour reprendre le célèbre propos ironique de pierre Rabbi, nous savions les dangers de la malbouffe. Or, tout progresse, y compris le mal. Comment la pourriture pourrait-elle devenir autre chose que de la pourriture ? nous interpellait Satprem. Ce n'est pas la boue qui devient un lotus, c'est la graine de lotus qui vit dans une certain environnement boueux et devient ce qu'elle était destinée à devenir, puisque c'est l'information qu'elle contient, c'est ce qu'elle est.  Nous ne pouvons devenir QUE ce que nous possédons déjà en nous, sous forme de potentialités latentes, ce qui est déjà contenu dans notre ADN. 

Or, ces injections et ces funestes tentatives ont le projet de modifier notre ADN, c'est en ce sont qu'elles sont...  démoniaques. Car alors, notre véritable destinée divine est gravement compromise. 

Ci-dessous, lien vers un premier article

Aujourd’hui, les scientifiques qui poussent à la vaccination veulent transformer votre épicerie en vaccins à ARNm

Et un deuxième que je publie à nouveau pour insister sur le fait que le monde extérieur est de plus en plus pourri, corrompu jusqu'à la moelle, malsain, faux et mensonger, et tout ce que vous voulez. Même manger va devenir encore dangereux, c'est utile d'en prendre conscience.

Mais l'une des lois de ce monde est qu'il n'y a pas de problème sans solution, une force ne peut progresser sans que la force opposée progresse aussi. Ainsi, pour ce problème, je vois deux solutions, extérieure et intérieure.

Extérieurement, puisque les gens sensés s'occuper de notre alimentation ne le font pas correctement, il va falloir que nous le fassions nous-mêmes. Il devient important de se remettre à cultiver, faire des potagers, des vergers.... comme l'humanité sait le faire depuis des millions d'années. 

Et intérieurement, aller progressivement vers une alimentation de plus en plus frugale, minimaliste, essentielle... Rendons-nous compte de la quantité industrielle, c'est le cas de le dire, de tous les aliments que nous mettons dans nos caddies et qui sont des aliments morts, sans aucun éléments nutritif essentiel. Nous nous nourrissons de mort. Et après, nous voudrions être en bonne santé. La bonne blague !

Ces deux démarches sont complémentaires, pour l'une il s'agit d'améliorer la qualité et pour l'autre, de diminuer la quantité.

Et réapprendre à faire les choses par soi-même plutôt que de compter sur l'industrie et les commerces.

Premier pain à la chataîgne, fait maison...

Et puis, stade ultérieur, il se pourrait que la pression extérieure nous aide pour augmenter notre aspiration intérieure à découvrir certaines potentialités cachées de la conscience et, entre autre, le moyen d'assimiler autrement que par l'alimentation matérielle les énergies nécessaire à notre survie. Alors ce serait la solution radicale, à la racine, qui nous rendrait profondément indépendant et libre. Le moment viendra où nous saurons transcender l'animalité en nous... 

Ce sujet de l'alimentation est revenu pendant cette méditation et je sentais que, pour lui aussi, la solution était dedans. 

Confiance dans le Divin

"Ambulando solvitur était la maxime préférée de Sri Aurobindo : le problème se résout en marchant. Et il marchait !

Et il était silencieux, et il laissait la grande Shakti couler à travers lui : la soumission, l’abdication totale, c’est-à-dire la transparence totale, est le seul Pouvoir.

Si on se met à construire un petit Bois de Boulogne charmant au milieu de la route, on s’enferme dans son Bois de Boulogne – les murs poussent instantanément et magiquement dès qu’on les pense ; il faut réellement avoir le courage de marcher dans rien et de ne se laisser enfermer dans rien, pas même dans les suprêmes splendeurs, ou qui nous semblent telles.

Un monde nouveau, c’est un monde qui N’EXISTE PAS, pour parler comme Monsieur de La Palice, il existe seulement là-bas, dans l’avenir, quand la carte sera faite ; et pourtant on marche tout le temps dedans, c’est lui qui guide chacun de nos pas dans sa semence invisible, involué."

Satprem - Le Matérialisme Divin 

Retour à l'accueil