Traverser la pratique

Depuis quelques jours, plusieurs pratiques corporelles intéressantes, données pour mémoire, comme des indications laissées sur le chemin.

Il ne s'agissait pas tant de faire tel ou tel exercice mais de laisser bouger le corps, naturellement, spontanément et d'observer, ressentir...

Laisser bouger le corps, à partir de l'intérieur. Dedans, quelque part, un micro mouvement s'enclenche, l'observer et le laisser grandir, évoluer, presque une recherche sur le mouvement, très intime...

Pratique les yeux fermée, avec des mouvements plutôt lents, très lents mêmes, pour mieux observer, ressentir, regarder dedans. Plus ça va vite, plus c'est difficile de sentir. 

Toutes sortes de questions pratiques  "corporelles et spirituelles" apparaissaient...

Sri Aurobindo-Mère-Satprem parlent de transparence et de bien d'autres choses. Soit, mais comment devenir transparent, surtout quand il s'agit du corps, de la conscience corporelle...

Dans un article récent je partageais une parole de Satprem qui racontait que Sri Aurobindo marchait beaucoup et qu'il laissait se déverser en lui la grande coulée de la Shakti divine...

L'exercice, l'entrainement c'était ça, comment devenir fluide, souple, plastique, laisser couler les énergies, la conscience sans obstacle...

Devenir un avec la pratique corporelle...

Lumière psychique dans les mouvements physiques

Quand on regarde bien dedans, les blocages deviennent très nets : dans certaines parties du corps, cela semble couler tout seul et dans d'autres, cela grogne, cela coince, cela se crispe...

Et puis encore ces perceptions qui me laissent toujours à la fois incrédule et émerveillé qu'il y a, à l'intérieur du corps, des espaces immenses... alors qu'à d'autres endroits, il semble y avoir des morceaux cela figés, agglomérés, cristallisés. Et ces "morceaux", je ne sais pas trop ce que c'est parce que cela semble à la fois de la matière, des énergies, et en même temps, cela semble raconter quelque chose, avoir une histoire...

Dans l'instant présent, en le vivant, cela paraît tellement clair, tellement évident, que les questions ne se posent pas...

Quand nous touchons cette sensation d'Espace à l'intérieur du corps, c'est vraiment merveilleux. Dans ces moments-là, les histoires politico-médiatiques paraissent tellement dérisoires... 

Gros travail aussi sur la colonne vertébrale, l'axe central, la verticalité... avec en "haut", le Moi supérieur, les niveaux de conscience plus élevés ;  et en dessous les pieds, la conscience endormie de l'inconscience, ce fameux point où la Force semblait rebondir disait Satprem ; et au milieu, ce corps, sensé ne faire aucun obstacle entre les énergies qui montent, les énergies qui descendent... à la fois une recherche de cette transparence, et de fluidité, de plasticité.

Dans sa recherche de laisser passer les courants, le corps était pris dans des ondulations douces, des torsions, des étirements et parfois le mouvement extérieur cessait, le corps s'immobilisait dans une position, le mouvement extérieur cessait et il n'existait plus que les mouvements internes de l'énergie, de la conscience, ou plutôt, toutes sortes de mouvements physiques, énergétiques, émotionnels, mentaux... dans la conscience.

Et tout cela avait un effet apaisant et ressourçant.

Et d'autres questions apparaissaient encore  à la conscience, et c'était au corps qu'il était demandé de trouver des réponses.

Par exemple, comment le corps pouvait intégrer la vibration du mantra ou alors, comment ce corps finit  pouvait-il recevoir la vibration de l'Infini ? Parce qu'en vérité, nous sommes entouré d'Infini. Tout autour de nous, en haut, en bas, devant-derrière, il y a des distances infinies. Qu'est-ce qui se joue entre le point que nous représentons et le tout qui nous entoure.

Ou encore, que se passe t-il avec les différentes parties de l'être. Et effectivement, la pratique était traversée de désirs, de pensées, d'émotions, de sensations, toutes sortes de choses qui émergeaient dans la conscience... et c'est intéressant de voir comment tout cela agit, travaille, s'unifie, s'harmonise, fusionne...

La première étape, comment ne se laisser perturber par rien ? Parce que certaines impulsions amènent beaucoup de trouble, d'agitation... 

Et puis en suite, comment harmoniser, fusionner toutes les parties de notre être ? Comment nous ouvrir et recevoir et intégrer et fusionner avec les vibrations de la Conscience divine ? Les vibrations de la Présence divine dans notre coeur ?

Ils ont dit que le corps faisait le pont... 

Le pont entre quoi et quoi ? À quoi ça sert de le savoir, de faire des réponses avec des mots si le corps n'en a pas l'expérience ? La pratique corporelle est un moyen pour s'exercer, s'entrainer, expérimenter... 

Toutes ces questions ressemblent à de la philosophie ou à je ne sais quoi, mais pour le corps, c'étaient des problèmes concrets à résoudre, expérimenter... 

Mère nous a raconté qu'au départ, on répète ses gammes au piano et à la fin, on a de la conscience plein les doigts...

Voilà, les mouvements du corps spontanés, c'était ça aussi, amener de la conscience dans le corps...

Du haut en bas, la tête, la nuque, les épaules, les coudes, les poignets, les doigts,  la cage thoracique, la colonne vertébrale, les hanches, le bassin, les genoux, les chevilles, les orteils, dans chaque partie du corps, explorer les mouvements possibles, sans-à-coups, avec une respiration fluide, régulière... 

Et puis, au bout d'un moment, les questions se sont tues ; c'était comme rentrer dans une zone de silence, passer sur un autre plan, et plusieurs fois je me suis dit, c'est ça, il faut traverser la pratique...

Nous pouvons faire n'importe quelle pratique, n'importe quel mouvement, même balayer pourquoi pas, cela n'a pas d'importance. Couper du bois ou faire la vaisselle. Si nous restons concentré, si nous approfondissons notre geste, à un certain moment, nous semblons le traverser, traverser la pratique et alors c'est calme, c'est vaste, c'est silencieux... 

C'est une façon de faire,  une façon d'habiter le corps en conscience, une façon d'être avec le corps, dans le corps...

Retour à l'accueil