Hier, j'évoquais quelques difficultés du chemin, inutile de se raconter des histoires, et dans la soirée je relisais ces deux paragraphes La Vie Divine - Page  de Sri Aurobindo. J'en suis à ma 4 ème lecture et manifestement, de nombreux points ne sont pas encore intégrés. En tout cas, cela donne du sens aux obstacles rencontrés et donne des indications sur la marche à suivre.  

Les deux paragraphes suivants sont issus du chapitre 26 - L'ascension vers le Supramental - Page 972.

Pour nous prémunir contre une idée fausse assez commune, qui nous vient facilement à l’esprit quand nous commençons à percevoir et éprouver le pouvoir transcendant des forces supérieures, il faut souligner que ces forces, lorsqu’elles descendent, ne sont pas immédiatement toutes-puissantes comme elles le seraient naturellement dans leur propre champ d’action et leur propre milieu.

Le champ évolutif de la Matière est un milieu inférieur et étranger où elles doivent pénétrer afin d’agir sur lui.

Elles y sont confrontées aux incapacités de notre mental, de notre vie et de notre corps, se heurtent au manque de réceptivité ou au refus aveugle de l’Ignorance, subissent la négation et l’obstruction de l’Inconscience.

Sur leur propre plan, leur action se fonde sur une conscience et une substance d’être lumineuses, et elles sont automatiquement efficaces; mais ici-bas, elles doivent affronter les fondations déjà solides de la nescience, non seulement la complète nescience de la Matière, mais la nescience mitigée du mental, du cœur et de la vie.

Ainsi, en descendant dans l’intelligence mentale développée, l’Idée plus haute doit, même sur ce plan, surmonter le barrage d’une masse d’idées toutes faites ou de systèmes qui relèvent de la Connaissance-Ignorance et vaincre ces idées qui persistent obstinément et veulent se réaliser.

Car toutes les idées sont des forces et, suivant les conditions, elles ont une capacité formatrice et réalisatrice plus ou moins grande, qui peut même être réduite pratiquement à néant quand elles ont affaire à la Matière inconsciente, mais qui subsiste encore en puissance.

Il existe donc un pouvoir de résistance préconstitué qui s’oppose à la descente de Lumière ou en diminue les effets, une résistance qui peut aller jusqu’au refus et au rejet de la Lumière, ou se manifester par une volonté de l’altérer et de l’asservir, de l’affaiblir ou de l’adapter avec ingéniosité, ou de la pervertir pour l’accommoder aux idées préconçues de l’Ignorance.

Si les idées préconçues ou déjà formées sont repoussées et privées de leur droit de persistance, elles gardent encore un droit de récurrence et peuvent venir du dehors, du Mental universel où elles prédominent; ou bien elles peuvent s’enfoncer dans les parties vitales, physiques ou subconscientes de notre être, et de là resurgir à la moindre occasion pour reprendre possession de leur domaine perdu.

La Nature évolutive doit, en effet, accorder ce droit de persistance aux choses qu’elle a établies, afin de donner à sa marche une régularité et une fermeté suffisantes.

En outre, chaque force dans la manifestation a le droit d’être, de survivre, de se réaliser, partout et aussi longtemps que cela est possible; c’est sa nature, et c’est pourquoi dans un monde d’Ignorance, tout s’accomplit non seulement par une combinaison de forces, mais aussi par leur choc, leur conflit et leur brassage.

Mais pour cette évolution supérieure, il est essentiel que tout mélange d’Ignorance et de Connaissance soit supprimé; l’action et l’évolution par le conflit des forces, doivent faire place à une action et une évolution dans l’harmonie des forces; et ce stade ne peut être atteint que par un dernier conflit et une victoire des puissances de la Lumière et de la Connaissance sur les puissances de l’Ignorance.

Sur les plans inférieurs de l’être, dans le cœur, la vie et le corps, le même phénomène se répète, mais avec plus d’intensité; car ici, ce ne sont plus des idées qu’il faut affronter, mais des émotions, des désirs, des impulsions, des sensations, des besoins du vital et des habitudes de la Nature inférieure.

Moins conscients, ils ont des réactions plus aveugles et s’affirment avec plus d’obstination; tous ont un pouvoir égal, ou même supérieur, de résistance et de récurrence, et ils prennent refuge dans la Nature universelle circumconsciente, ou dans les niveaux inférieurs de notre être, ou dans le subconscient, à l’état de germe, et, de là, ils ont le pouvoir de resurgir et de nous envahir à nouveau.

Ce pouvoir de persistance, de récurrence et de résistance des choses établies dans la Nature est toujours le grand obstacle qui s’oppose à la force évolutive, obstacle qu’elle a d’ailleurs créé elle-même afin d’empêcher une transmutation trop rapide, alors même que cette transmutation est l’objectif ultime qu’elle poursuit.

*

Cet obstacle se présentera à chaque étape de cette grande ascension, même s’il diminue progressivement.

Pour que la Lumière supérieure puisse vraiment pénétrer en nous et agir avec suffisamment de force, il est nécessaire d’acquérir le pouvoir d’amener la paix dans notre nature, de nous recueillir, de nous tranquilliser, d’imposer au mental, au cœur, à la vie et au corps une passivité contrôlée, voire un silence complet.

Même ainsi, une opposition manifeste et tangible peut encore persister dans la Force de l’universelle Ignorance, ou une opposition subliminale et voilée de la substance-énergie dans la constitution mentale de l’individu, dans sa forme vitale, dans son corps matériel; une résistance occulte est toujours possible, une révolte ou une réaffirmation des énergies de la nature ignorante, même lorsqu’elles ont été maîtrisées ou refoulées; et si, dans l’être, quelque chose y consent, elles peuvent reprendre le pouvoir.

L’établissement préalable d’une maîtrise psychique est très désirable, car elle crée une réceptivité générale et empêche que les parties inférieures se révoltent contre la Lumière, ou consentent aux exigences de l’Ignorance.

Une transformation spirituelle préliminaire réduira aussi l’emprise de l’Ignorance.

Mais aucune de ces influences n’élimine complètement son obstruction et ses limitations; car ces changements préliminaires ne nous donnent pas une conscience et une connaissance intégrales; la base originelle de nescience propre à l’Inconscient demeure, et il faudra, à chaque pas, la changer, l’illuminer, réduire l’étendue et la force de ses réactions.

Le pouvoir du Mental supérieur spirituel et de son idée-force, affaibli et diminué par son entrée dans notre mentalité, n’est pas suffisant pour balayer tous ces obstacles et créer l’être gnostique; mais il peut accomplir un premier changement, une modification qui rendra possible une ascension plus haute et une descente plus puissante, et sera mieux à même de préparer une intégration de l’être dans une Force supérieure de conscience et de connaissance.

*

Cette Force supérieure est celle du Mental illuminé, un Mental non plus de Pensée plus élevée, mais de lumière spirituelle.

Ici, la clarté de l’intelligence spirituelle, la tranquille lumière de son jour, fait place ou se soumet à l’éclat intense, à la splendeur et l’illumination de l’esprit.

Le chemin parfait

Pour chacun, c'est le chemin qui le mène le plus rapidement au Divin.

Pourquoi désirez-vous le yoga ? Pour acquérir du pouvoir ? Pour atteindre la paix et le calme ? Pour servir l'humanité ? Aucun de ces motifs ne suffit à prouver que vous êtes prêt pour le sentier. La question à laquelle il vous faut répondre est celle-ci : Désirez-vous le yoga pour l'amour du Divin ? Le Divin est-il le but suprême de votre vie, à tel point qu'il vous serait totalement impossible de vous en passer ? Croyez-vous que votre véritable raison d'être soit le Divin et que sans lui votre existence serait morne et dépourvue de sens ? Dans ce cas, et alors seulement, on peut dire que vous êtes prêt pour le sentier.

La Mère – Oeuvres complètes – Volume 3 – Entretiens 1929

Le chemin parfait

Coffea Spp. L. (Rubiaceae) – café

Quand vous venez au yoga, il faut vous attendre à voir mis en pièces toutes vos constructions mentales et tous les échafaudages de votre vital. Vous devez être prêt à être suspendu en l'air sans rien pour vous supporter, excepté votre foi. Vous aurez à oublier complètement votre moi passé et tous ses attachements, à l'arracher de votre conscience pour renaître à nouveau, libre de tout esclavage. Ne pensez plus à celui que vous étiez, mais à celui que vous aspirez à être ; soyez tout entier dans ce que vous voulez réaliser. Détournez-vous de votre passé mort et regardez droit devant vous vers l'avenir.

La Mère – Oeuvres complètes – Volume 3 – Entretiens 1929

Retour à l'accueil