Deux deux vidéos me semblent importantes. La première ci-dessous est en anglais mais en cliquant sur la petite roue, puis sur "traduire automatiquement", vous pourrez alors choisir l'option "français" et alors les sous-titres s'afficheront automatiquement. 

 

Et je vous invite  à regarder en parallèle la dernière interview de Louis Fouché, pleine d'intelligence et de sagesse. 

Deux points principaux ont attiré mon attention, la question de la technique et celle de la division.

Tous les aphorismes de Sri Aurobindo ne me parlent pas avec la même force, mais un peu de la vieille école, sa parole de son aphorisme 383 m'a souvent interpellé. 

Les machines sont nécessaires à l'humanité moderne en raison de son incurable barbarie. Si nous devons nous enfermer dans une stupéfiante multitude de conforts et d'apparats, nous devons aussi, nécessairement, nous passer de l'art et de ses méthodes. Car, se priver de simplicité et de liberté, c'est se priver de beauté. Le luxe de nos ancêtres était riche, voire fastueux, mais jamais encombré

C'est sans doute un rêve un peu naïf mais je repense souvent à une image de La Belle verte, avec des monceaux de postes de télévisions. Si nous prenons en compte le message de ces deux vidéos, nous nous apercevons que les téléphones portables sont des outils merveilleux et terribles au service de domination.

Que se passerait-il si nous refusions, rejetions massivement tous les écrans de nos vies, téléphones, tablettes, télévisions pour ne garder que le minimum ? Peut-être que leur plan diabolique tomberait à l'eau, ou en tout cas, il serait singulièrement compromis.

C'est le deuxième point évoqué par Louis Fouché à la 26 ème minute, avec Ce qui divise...

Alors, face à la grande menace de cette grande  division, je me dit que la grande guérison pourrait être de retrouver la grande unité...

Mais l'unité avec qui, avec quoi ? Avec le désordre et le mensonge, la corruption, l'ignorance et la bêtise, avec les distractions de toutes sortes.... ? 

Sans doute d'abord retrouver l'unité avec soi-même, mais cela ne peut se faire qu'avec "le vrai soi-même", avec la vérité de son être, avec le plus intime de soi-même....

Mais à vrai dire, ce n'est pas cette unité-là qui m'est venu spontanément et en premier.

En qi gong, la pratique tente toujours de relier l'homme entre Ciel et Terre, de le replacer dans l'unité avec son environnement, avec l'univers...

Le fait que nous sommes un n'est pas un concept, une théorie mais un fait énergétique, une vérité spirituelle, quand bien même nous n'en aurions pas conscience...

Et ces jours-ci, il y a eu cette vidéo de Sadhguru qui m'a fait fort impression et dont j'ai parlé dans un article précédent. Il explique que Yoga veut dire UNION et que si nous gardons une posture assez longtemps, alors un alignement se fait avec l'univers et nous devenons UN.

Encore une fois, beaucoup de gens doivent penser que ce sont des mots. Et bien, des mots, je viens encore d'en trouver d'autres et qui eux aussi ont laissé une impression si puissante que j'ai envie d'en pleurer...

La vraie Personne n'est pas une entité isolée; son individualité est universelle, car elle individualise l'univers, et en même temps,  elle émerge divinement dans une atmosphère spirituelle d'infinité transcendante, comme un haut sommet par-delà les nuages, car elle individualise la Transcendance divine.

Sri Aurobindo - La Vie Divine

(L'être gnostique - Chapitre 27 de La Vie Divine ou Chapitre 5 de L'Évolution Spirituelle)

Pour commencer, c'est très simple, nous pouvons nous penser isolé et séparé et nous penser un ou relié avec... quelque chose la haut, une force, ce que Sri Aurobindo appelle la Transcendane et en même temps nous penser un ou relié avec le tout, l'univers, ce qu'Il appelle l'universel... et comparer, observer si cela change quelque chose en nous. 

Depuis tellement longtemps nous cherchons à nous réaliser vraiment, à nous connaître vraiment, à trouver les vraies solutions pour sortir de notre misère humaine que cela en est infernal, et voilà que le temps du grand passage arrive...

Sans doute, sans doute faut-il suivre les sages conseils des uns et des autres pour faire société, rester en lien les uns avec les autres, chercher à construire des relations plus sincères, plus vraies et plus fraternelles...

Sans doute aussi, et peut-être plus impérieux encore, est de retrouver l'unité avec nous-mêmes, avec la Présence divine en nous, au plus profond de notre coeur...

Et l'unité avec la Terre, le Ciel, l'Univers, le Tout, restaurer ce lien avec l'Éternel et l'Universel, avec l'Espace et le Temps et l'Infini...

Conclusion 

D'abord avec une parole sur l'unité qui m'interpelle beaucoup et nourrit ma réflexion depuis longtemps. Dans La Vie Divine, j'ai trouvé deux traductions de cet Îshâ Upanishad - Verset 7 :

Celui dont le moi est devenu toutes les existences, car il a la connaissance, comment pourrait-il être trompé, d’où lui viendrait la peine, lui qui partout voit l’unité ? 

*

D’où lui viendrait le chagrin, qui pourrait l’abuser, celui qui voit partout l’Unité ? 

*

Ensuite, une dernière parole tirée de ce chapitre sur L'être gnostique qui affirme que la pensée personnelle est source d'erreur constante ! ! !

Il y aura l’intimité, l’exactitude et la plénitude d’une connaissance interne directe — non cette direction trompeuse d’une pensée personnelle, source d’erreur constante —, parce que la conscience sera celle d’une personne universelle qui n’est pas limitée ni enchaînée à progresser vers une connaissance totale, sans opposer une vérité à une autre pour voir laquelle résistera et survivra, mais en complétant une vérité par une autre dans la lumière de la Vérité unique dont toutes sont des aspects.

C'est une des raison pour laquelle, dans ce yoga de la transformation, Sri Aurobindo-Mère insiste souvent  sur le fait de devenir impersonnel, de se fondre dans une conscience impersonnelle... 

Au fond disait Mère, le plus difficile est d'apprendre à disparaître....

Voir L'Agenda du 13 décembre 1969

S’annuler pour qu’il n’y ait plus que le Seigneur suprême.

Sri Aurobindo - Savitri

*

Et  ça, si nous y arrivons, où sera la division du Diviseur ?

Évidemment, nous n'y arriverons pas d'un seul coup, en une seule fois... mais petit à petit, morceaux par morceaux si j'ose dire, nous pouvons en quelque sorte... nous laisser fondre dans cette grande unité. 

Parfois, pendant quelques moments nous semblons toucher quelque chose de cette unité, une sorte de plénitude de l'instant, si vaste, si tranquille...

Et après tout, c'est l'une des différences essentielle entre la conscience actuelle de notre vieux monde et la conscience-de-vérité du nouveau monde en devenir.

La base, le fondement même de notre conscience actuelle est une conscience infiniment divisée en une multitude de points de vue et qui cherche désespérément à retrouver son unité alors que la base de la conscience-de-vérité est une unité inaliénable qui s'accomplit dans la diversité et la multitude ; c'est juste le contraire. 

La base même de notre conscience est en train d'être changée, autant le savoir et s'y préparer... 

Retour à l'accueil