Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par pascalemmanuel

Établir un contact conscient avec son être psychique est d'une grande importance, Sri Aurobindo-Mère en parle souvent. Alors j'ai cherché quelques passages qui peuvent nous aider, nous guider, en particulier avec les deux médiations proposées; celle où il s'agit de se concentrer dans le coeur, de rassembler les fils de sa conscience et celle où nous nous imaginons devant une porte de bronze. Elles sont d'ailleurs très complémentaires et nous pouvons les rassembler en une, commencer par nous rassembler, puis nous concentrer et enfin pousser cette porte. Si nous persévérons encore et encore, quelques-uns d'entre nous finirons bien par émerger de l'autre côté, dans la lumière psychique, dans la conscience psychique.

Ou alors, il semblera ne rien se passer, nous sortirons de notre méditation un peu déçu, avec l'impression de ne pas avoir réussi, et c'est le psychique qui va venir à nous au moment le plus inattendu, quand nous serons en train de faire notre ménage...

Sans nous en rendre compte, nos méditations répétées peuvent  créer des brèches par lesquelles l'être psychique pourra nous envoyer des signes...

Entretien du 7 avril 1929

Concentrez-vous dans le cœur. Pénétrez-y aussi loin, aussi profondément que possible. Retirez vers vous tous les fils épars de votre conscience dispersée; rassemblez-les et plongez dans le silence de votre être intérieur.

Une flamme brûle dans la calme profondeur de votre cœur : c’est le Divin en vous — votre être véritable. Écoutez sa voix. Obéissez à ses inspirations.

Il y a d’autres centres de concentration; par exemple, un au sommet de la tête, et un autre entre les sourcils. Chacun a son efficacité et vous donnera des résultats particuliers. Mais l’être central réside dans le cœur, et c’est dans le cœur que prend naissance tout mouvement dynamique, toute volonté de transformation, tout pouvoir de réalisation.

Entretien du 27 juillet 1955

Douce Mère, quand tu dis : « Concentrez-vous dans le cœur », est-ce que ça veut dire : « Concentrez-vous avec le mental » ?

La conscience, pas le mental, la conscience ! Je ne dis pas de penser dans le cœur, je dis de concentrer, concentrer l’énergie, concentrer la conscience, concentrer l’aspiration, concentrer la volonté. Concentrer. On peut avoir une concentration extrêmement intense, sans une seule pensée, et en fait elles sont généralement beaucoup plus intenses quand on ne pense pas.
 

Euphorbia milii – Épine du Christ - Concentration

Entretien du 17 août 1955

Qu’est-ce que c’est, « la libération de l’être psychique » ?

Parce qu’on a l’impression — ça c’est une impression qu’on a très souvent au début de la sâdhanâ — que l’être psychique est comme enfermé dans une sorte de carapace, de prison, et que c’est ce qui l’empêche de se manifester extérieurement et d’entrer en rapport conscient et constant avec la conscience extérieure, avec l’être extérieur. On a tout à fait l’impression que c’est comme enfermé dans une boîte, ou dans une prison, avec des murs qu’il faut briser, ou une porte qu’il faut forcer pour pouvoir entrer. Alors naturellement, si on peut briser les murs, ouvrir la porte, ça libère cet être psychique qui était fermé et qui peut se manifester extérieurement. Tout ça, ce sont des images. Mais chacun naturellement a son image personnelle, son procédé personnel, mais avec de petites variantes.

Il y a certaines de ces images qui sont très générales pour tous ceux qui ont fait l’expérience. Par exemple, quand on descend dans les profondeurs de son être pour trouver le psychique tout au fond de sa conscience, il y a cette image de descendre dans un puits profond, de plus en plus descendre, descendre, et c’est comme si vraiment on s’enfonçait dans un puits. Naturellement tout ça, ce sont des analogies; mais ce sont des associations d’impressions avec l’expérience qui donnent beaucoup de force et de réalité concrète à l’expérience.

Comme quand on va à la découverte de son être intérieur, de toutes les différentes parties de son être, on a très souvent l’impression qu’on pénètre dans une salle ou une chambre, et suivant la couleur, l’atmosphère, les choses qu’elle contient, on a la perception très claire de la partie de l’être qu’on est en train de visiter. Et alors, on peut passer d’une chambre à l’autre, ouvrir des portes et passer dans des pièces de plus en plus profondes, qui ont chacune son caractère propre. Et souvent, ces visites intérieures, on peut les faire dans la nuit.

Alors ça prend une forme encore plus concrète, comme un rêve, et on a l’impression qu’on entre dans une maison, et cette maison vous est très familière. Et suivant les moments, les époques, elle est différente intérieurement, et quelquefois elle peut être dans un état de très grand désordre, de très grande confusion, où toutes les choses sont entremêlées; il y a même quelquefois des choses brisées; c’est tout un chaos. À d’autres moments ces choses-là s’organisent, sont mises à leur place; c’est comme si on avait fait le ménage, on nettoie, on range, et c’est toujours la même maison. Cette maison, c’est l’image, une sorte d’image objective de votre être intérieur. Et suivant ce que vous y voyez ou ce que vous y faites, vous avez une représentation symbolique de votre travail psychologique. C’est très utile pour concrétiser. Cela dépend des gens.

Il y a des gens qui sont seulement des intellectuels, pour qui tout se traduit par des idées et pas par des images. Mais dès qu’on descend dans un domaine plus matériel, eh bien, on risque de ne pas toucher les choses dans leur réalité concrète et de rester seulement dans le domaine des idées, de rester dans le mental et d’y rester indéfiniment. Alors, on croit qu’on fait des progrès, et mentalement on en a fait, quoique ce soit une chose absolument indéfinie.

Le progrès du mental peut durer des milliers d’années, parce que c’est un champ très vaste et très indéfini, et qui se renouvelle constamment. Mais si on veut progresser dans le vital et dans le physique, eh bien, cette représentation imagée devient très utile pour fixer l’action, pour la rendre plus concrète. Naturellement, ça ne se fait pas tout à fait à volonté; cela dépend de la nature de chacun. Mais ceux qui ont le pouvoir de se concentrer dans des images, eh bien, ils ont une facilité de plus.

S’asseoir en méditation devant une porte fermée, comme si c’était une lourde porte de bronze — et on s’assoit devant, avec la volonté qu’elle s’ouvre — et passer de l’autre côté; et alors toute la concentration, toute l’aspiration se rassemble dans un faisceau et va pousser, pousser, pousser contre cette porte, et pousser de plus en plus avec une énergie croissante, jusqu’à ce que tout d’un coup elle craque, et on entre. Ça donne une impression très puissante. Et alors, on est comme précipité dans la lumière, et on a la pleine jouissance d’un changement soudain et radical de conscience, avec une illumination qui vous saisit tout entier, et l’impression qu’on devient une autre personne. Et ça c’est une façon très concrète et très puissante d’entrer en contact avec son être psychique.

Canna xgeneralis rose saumon – Centre psychique

Pour information, selon la couleur, Mère a donné d'autres noms à cette fleur. 

Nombreuses couleurs - Complexité des centres

Rouge orange – Centre physique

Orange et rouge – Connexion entre le Supramental et le physique

Jaune et rouge – Connexion entre la Lumière et le physique

Blanc crème – Ânanda dans le corps physique – Ânanda dans les centres

Rouge foncé – Centre vital

Rose profond – Centre émotif

Jaune pâle – Centre mental illuminé

Jaune clair ou jaune foncé – Centre du mental intuitif

Orange – Le futur centre supramental

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article