Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par pascalemmanuel

Nous pouvons appeler à l'union des luttes, à l'unité de la nation et user de toutes sortes de slogans, dans les faits, c'est un chemin difficile.

Dans un article récent, j'évoquais une aspiration à mettre en place une souveraineté populaire et citoyenne et partageais quelques informations à ce sujet.

N'empêche qu'après avoir écouté les réponses des candidats citoyens sur la question européenne, il n'y a eut selon moi, aucune réponse claire, franche et massive.  

Il me semble que si une quelconque unité doit se faire, la moindre des choses me semblent de commencer par reconnaitre les compétences des uns et des autres. 

Sur un sujet très central et très important, les institutions, la constitutions, il me semble qu'Étienne Chouard va plus loin et d'une façon plus convaincante que François Asselineau.

Sur le sujet du rétablissement des libertés publiques et de la lutte contre la malveillance médicale, il me semble encore que d'autres personnalités luttent avec beaucoup plus de punch que lui.

Sur d'autres sujets aussi il n'est sans doute pas le meilleur. Par contre, sur le sujet européen et le sujet de l'euro, je ne vois personne ayant poussé la réflexion aussi loin et d'une façon aussi cohérente. Nous pourrions au moins lui reconnaître cela et, sur ce sujet, lui faire confiance. 

C'est la raison pour laquelle je partage cette vidéo d'information très intéressante et un peu poignante car c'est vrai, cela fait 15 ans qu'il explique toujours la même chose et c'est un peu le coeur serré que j'entendais les candidats citoyens croire encore qu'il était possible de changer l'Europe de l'intérieur, croire encore que la France serait trop petite, que le succès d'Ariane et d'Airbus a quelque chose à voir avec l'Union Européenne, et blablabli et blablabla...

15 ans plus tard, ils ne comprennent toujours pas le lien entre notre appauvrissement collectif, les délocalisations, l'évasion fiscale et la libre circulation des mouvements de capitaux du traité de Maastricht. Ou le lien entre la politique économique et sociale que nous subissons et les directives européennes. Pour ne prendre que deux exemples des méfaits engendrés par notre appartenance à l'Union Européenne.

Et c'est encore plus triste de s'apercevoir que même s'ils ont conscience de cela, des centaines de milliers de gens considèrent encore et malgré tout, que la priorité, le plus important, c'est d'abord et avant tout de légiférer sur la souffrance animale.

Pourtant, je le rappelle une fois de plus, dès les années 1910 Sri Aurobindo avait vu le danger de la création d'un bloc continental Européen.

Il en parle dans le chapitre 10 (page 79) de L'Idéal de L'Unité Humaine.

Lien vers le PDF

Il y a cinq ans déjà, alors qu'il était en candidat à l'élection présidentielle, François Asselineau en faisait une longue citation...

Sri Aurobindo en parle aussi dans son aphorisme 76.

L’Europe se vante de son organisation et de son efficacité pratiques et scientifiques. J’attends que son organisation soit parfaite, alors un enfant la détruira.

Mère a commenté cet aphorisme dans L'Agenda du 11 décembre 1971 :

J’ai l’impression que c’est venu comme quelque chose d’absolument vrai, une prédiction absolument vraie — mais je ne sais pas.

…/...

«L’enfant»... peut‐être est‐ce l’enfant du Nouveau Monde — avec un sourire, il va faire écrouler tout cela. (Remarque de Satprem)

Oui, c’est possible — c’est possible.

(silence)

Ça contient une puissance effrayante... quelque chose de formidable. Tu n’imagines pas le pouvoir qu’il y a là-dedans, c’est vraiment comme si le divin lui-même parlait : « J’attends »... I am waiting...

11 décembre 1971

Commentaire :

Et nous aussi nous attendons, avec une certaine impatience d'ailleurs. Il me semble que lorsqu'un édifice menace de s'écrouler, le plus sage et d'en sortir... mais non, toute l'intelligentsia de l'oligarchie intellectuelle, politique et médiatique continue sa propagande européenne et d'embobiner, endoctriner, formater... des millions de gens... qui se laisse mener par le bout du nez avec une naïveté déconcertante. 

*

Satprem raconte dans les Carnets d'une Apocalypse du 21 septembre 1992 une vision symbolique de l'Europe de Maastricht. Le plus frappant et qu'il était retiré dans les montagnes du Nilgiris en Inde et pourtant, il a parfaitement vu que l'Europe allait devenir une sorte de monstre bureaucratique sous domination allemande et sous l'emprise de la finance. 

*

En clair, sur ce sujet-là, François Asselineau m'apparaît être le seul a pousser la cohérence jusqu'au bout de sa logique naturelle. Car, à part lui, à peu près tout le monde s'accorde à critiquer l'UE, sans jamais en tirer la conclusion. Cela commence à bien faire et je continue de dire que prétendre restaurer la démocratie, notre souveraineté, résoudre nos problèmes économiques en restant dans l'UE et dans l'euro est au mieux une illusion, une ignorance et au pire un mensonge éhonté.

En tout cas, si un jour nous croisons un homme de trente ans qui affirme croire au Père Noël, nous serions avisés de ne pas nous moquer de lui car cela fait trente ans que le traité de Maastricht est en vigueur et nous croyons encore que l'Union Européenne nous protège, que sans elle ce serait pire et autres balivernes de ce genre. 

Il serait utile de se rappeler les promesses de 1992 où l'Europe était sensé nous apporté plus de croissance, plus de richesse, plus d'empois... et de comparer avec la réalité des faits : le décalage est saisissant, un peu terrible pour notre prétendu bon sens, discernement. 

150 ans plus tôt, Sri Aurobindo une fois de plus avait vu. Dès 1992, Satprem avait vu, mais nous, nous ne voyons toujours pas... 

En conclusion :

J'adresse un grand merci à M. Asselineau pour l'immense travail d'éducation populaire qu'il a fait sur ce sujet car personne d'autre que lui n'a fait l'effort de sillonner la France pendant des années pour informer les gens du piège européen, ni Mélenchon, ni Lepen, ni le PC, ni la CGT, ni aucun parti politique, ni M. Upinsky, ni aucune personnalité.

Il me semble que les politiques, plutôt que d'éduquer, cherchent avant tout un poste aussi lucratif que possible. À ce propos, il est sans doute utile de rappeler encore une fois qu'avec le CV qu'il a, François Asselineau aurait pu lui aussi postuler à n'importe quel poste  ministériel ou pantoufler dans le conseil d'administration d'une grande banque et gagner des sommes colossales. Par exemple, un camarade de promotion d'Asselineau à l'ENA et à l'Inspection des finances est aujourd'hui directeur de la Société Générale et gagne 200 000 € par mois. Il  a préférer renoncer à une carrière "prestigieuse" pour faire ce qu'il croit juste et vrai, ce n'est pas rien. 

Si comme tout le monde, il a ses limites et ses imperfections, il faut se rendre compte tout de même que son engagement politique lui a coûté sa carrière et que peu d'hommes politiques sont capables d'être aussi désintéressé. Parce que clairement, son intérêt personnel n'était pas de faire ce qu'il a fait.

Et bien que cela soit difficile, il continue... 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article