Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par pascalemmanuel

Cela fait trois fois de suite que mes méditations  sont différentes, en particulier une sorte de "temps immobile". Les deux premières ont duré 2 h 30 et la dernière 3 heures alors que je n'ai pas eu l'impression que cela durait si longtemps ni même que le temps s'écoulait. Comme si le temps était suspendu, s'écoulait sans laisser de trace, sans effort...

Je précise que depuis quelques mois déjà, j'ai abandonné la position assis en tailleur sur mon coussin, car justement au bout de 3/4 d'heure, une heure, cela commence à faire mal de partout et je sentais que j'avais besoin d'expérimenter des méditations plus longues pour entrer dans la profondeur. La plupart du temps, je suis assis sur le rebord de mon lit, et dans cette position simple, confortable mais sans dossier, c'est plus facile pour moi de glisser dans la méditation.

Ensuite, j'ai déjà évoqué les sensations d'une fraîcheur s'écoulant dans le corps s membres ou au contraire d'aiguilles de feu. Là, je perçois dans le corps une sorte d'étendue liquide dans laquelle je n'arrive pas à dire si c'est chaud ou froid, une sorte de feu froid un peu liquide. Ou comme une sorte d'énergie-substance liquide, et un peu les trois, et à la fois chaude et froide, mais pas tiède, qui se répand dans le corps et se mélange avec les énergies du corps, la substance du corps, très délicatement, très lentement, très minutieusement... 

Ce changement dans les méditations est apparu clairement en me concentrant avec l'idée de "passer en dessous".

Ce "passer en dessous" est une sorte de synthèse spontanée de différents éléments de mes lectures, différentes idées...

En particulier, la voie de la descente décrite dans Le Mental des cellules de Satprem où il s'agit de traverser les pensées du mental, les émotions du coeur, les sensations du corps, pour parvenir à la conscience des cellules, une aspiration-volonté à traverser la trame évoquée par Mère, que la solution n'était pas en haut mais en bas et dans le corps. Avec aussi le souvenir que qu'elle a dit que la moindre vibration mentale ou préférence personnelle perturbait le travail de la conscience d'harmonie, une volonté de joindre-toucher la conscience des cellules, que toutes les parties de l'être s'organisent autour du centre divin, la vibration du mantra... 

Quand je lis une parole ou une autre, parfois cela me donne une impression forte, presque rigide, enthousiaste, que c'est ça... et je me concentre là-dessus et cela produit parfois un effet, une expérience...

Et puis il y a une autre parole, et une autre, et une autre... et toutes sont aussi fortes... et pendant un temps, toutes ces paroles avec la force qu'elles contiennent produisent un certain trouble, une confusion, on ne sait plus sur quel pied danser, sur quoi s'appuyer. Dans ces trois dernières méditations, j'avais une sorte de vision-sensation qui me montrait comment les différentes idées fusionnent ensemble, dans un amalgame très souple, un peu flou, et travaillent ensembles, se mélangent à mes énergies, ma substance corporelle. Une sensation très onctueuse de mélange entre différentes idées-forces... 

Mais à part ces quelques observations, ces méditations sont beaucoup plus calmes et silencieuses que les précédentes. Presque je pourrais dire que pendant trois heures, apparement, il ne se passe rien ou pas grand chose. 

Cela fait des années que j'observe dedans et... cela ne ressemble pas aux expériences passées, comme si j'étais descendu en dessous du vital, dans une couche plus profonde de la conscience corporelle, un endroit très tranquille, fonctionnant avec un autre rythme... 

Et puis, d'habitude les perceptions ont une sorte de dureté, de précision, et là, tout semble se dérouler dans une atmosphère onctueuse, émoussée, comme si les angles des expériences avaient été émoussés. C'est curieux... cela me donnait presque l'impression d'être en contact d'une autre substance, ou d'une autre qualité dans la substance corporelle. 

De temps en temps, le mental soit traversé par une pensée, un commentaire, une émotion, sans amener trouble car j'y prêtais peu d'attention, un nuage qui ne fait que passer...

Une dernière observation des effets de l'entrée dans cette nouvelle profondeur. Pendant trois heures, j'ai l'impression de baigner de l'intérieur dans une énergie presque liquide et dans un cas, ce fut si ressourçant, si vivifiant qu'ensuite j'étais incapable de dormir, frais comme un gardon, et dans l'autre, j'étais relaxé-fatigué au point de m'endormir immédiatement et de dormir 9 heures d'affilée sans me réveiller, ce qui est très rare. Des effets presque opposés, apparement. 

La première fois seulement, il y a eut un phénomène un peu plus curieux. 

D'un seul coup, les parties gauches et droites de mon corps se sont séparées et tout de suite il m'est venu l'image d'un oeuf coupé en deux dans le sens vertical. Et immédiatement il est venu une vision avec beaucoup de gens...

C'est comme si on m'avait donné un coup sur la tête et que la vibration avait coupé le corps en deux, sauf que je n'ai pas eu la sensation d'avoir été frappé.

Je ne me souviens plus de ce tous ces gens faisaient. Ce qui m'a beaucoup interpellé, c'était la couleur marron foncé, très foncé, peut-être avec un soupçon de rouge foncé ou de violet foncé. Le mental n'a pu s'empêcher de faire un commentaire un peu désobligeant sur le côté sombre de cette couleur et la vision est partie au bout de quelques minutes. Ça c'est sûr, cela ne paraissait pas très lumineux, un marron foncé comme si j'étais quelque part sous terre, ou peut-être une couche du vital, 'intermédiaire entre le vital et le physique. 

Avec le recul, je me suis interrogé sur les images que je vois de temps en temps de façon spontanée et deux choses me sont venues. 

D'abord, je ne me souviens jamais de ce que les gens font comme s'ils étaient interrompus, comme quand quelqu'un entre dans un lieu et que tout le monde s'arrête. Et puis, ces images ne m'intéressent pas beaucoup parce que je ne leur trouve pas beaucoup de sens. 

Ensuite, il ne me vient jamais à l'idée de travailler sur ces images, je les regarde comme on regarde un film à la télévision. Aurait-on idée de se concentrer avec l'idée de changer dans le scénario du programme que l'on est en train de regarder ? Cela serait assez cocasse. Peut-être faudrait-il que je fasse quelque chose avec ces images, que j'y prête plus d'attention, je ne sais pas...

En conclusion

Ce "passer en dessous" a été pour moi une clef, qui m'a ouvert sur une nouvelle profondeur, dans laquelle les choses s'écoulent sur un autre rythme, mais ce n'est qu'une étape...

À suivre... 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article