Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par pascalemmanuel

Drôle de période, pas très agréable avec le sentiment d'avoir rencontré un peu tout et son contraire. Quelques exemples :

Dans des moments d'angoisse, j'ai fait l'expérience que l'auto-massage du plexus solaire avait des effets positifs et cela a même donné des expériences assez fortes... et j'ai fait aussi l'expérience que... cela ne marchait pas. 

Pendant plusieurs semaines, il me suffisait de poser l'intention de m'aligner sur la volonté divine et je sentais aussitôt des pétillements de joie dans tout le corps, je trouvais cela merveilleux, automatiquement j'avais le sourire aux lèvres, je percevais la vibration... et maintenant, je ne ressens plus rien.

J'ai fait l'expérience de longues pratiques de qi gong, de prières, de méditation et l'expérience de l'incapacité de pratiquer quoi que ce soit. J'ai fait l'expérience des sandwich au poulet et le plaisir glouton de m'empiffrer et ce ne fut pas très difficile non plus de faire le processus pranique de 21 jours et au bout du compte, dans tous les cas, avec pratiques ou sans pratiques, en mangeant ou en ne mangeant pas, il y a toujours le même chagrin et rien ne semble jamais vraiment résolu. 

J'ai souvent fait l'expérience que des difficultés, des souffrances, des douleurs physiques pouvaient disparaitre par l'offrande au Divin ou par une pratique ou une autre et j'ai aussi fait l'expérience des difficultés tenaces qui s'accrochent et même s'amplifient au fur et à mesure qu'on s'occupe d'elles.

J'ai reçu l'indication qu'il ne fallait pas s'en occuper et se concentrer plutôt sur le divin et j'ai reçu aussi l'indication qu'il fallait travailler dessus, qu'elles étaient des représentations symboliques du bourbier à nettoyer. 

Souvent, des centaines de fois, des écrits ont enclenché des expériences fortes et souvent aussi, quelques jours plus tard, les mêmes écrits semblent ne plus avoir aucune saveur. 

Et le sentiment d'avoir un peu compris cohabite avec le sentiment d'être à côté de la plaque, ce qui est compris avec tout ce qui ne l'est pas encore. Curieux mélange !

Etc. Etc. Inutile de multiplier les exemples. Certainement que tout cela a un sens dans l'apprentissage. Harmoniser les contraires, trouver la paix malgré tout, ne s'appuyer sur rien d'autre que le Divin... 

J'avais lu dans L'Agenda une parole de Mère qui disait que lorsque nous avions compris que quelque chose était vrai, que le contraire était tout aussi vrai.... mais j'avais sans doute compris cela d'une manière un peu philosophique. Maintenant, dans mon quotidien, je m'en rends compte très souvent, pour des choses très pratiques. Je peux faire ceci ou cela et cela n'a aucune importance...

Tout cela est un peu déroutant  car cela donne l'impression de ne pouvoir s'appuyer sur rien, en tout cas, sur aucune parole, mêmes celles de Sri Aurobindo-Mère car dans la masse de tous leurs écrits, on s'aperçoit qu'ils ont dit tout et son contraire. C'est-à-dire, qu'en fonction du moment, c'est telle ou telle parole qui va vibrer en nous et puis... cela s'efface. 

Je n'ai pas beaucoup lu les Carnets d'une Apocalypse mais il me semble que Satprem a reconnu que c'était difficile de ne pas savoir quoi faire, comment faire, comment être. Je me reconnais dans cette difficulté, une impression d'être comme crucifié, incapable de penser, de bouger, de vouloir, une impuissance, un sentiment de totale incompréhension, le plus souvent et c'est plus drôle, après avoir touché un quelque chose qui donnait justement le sentiment d'avoir progressé, compris un truc... et quelques temps plus tard, on ne comprends plus rien à rien et tout paraît creux, vide, une absence de sens... 

Alors, quand on se sent perdu, il y a le proverbe africain : si ne sais pas où tu vas, regarde d'où tu viens. Cela ne m'a jamais parlé ! 😊Je préfère la parole biblique : va vers toi. 

Si tu ne sais pas où aller, va vers toi... c'est très joli. Mais cela ne résout rien ou pas grand chose. Les sages nous ont tellement répété que nous n'étions ni nos pensées, ni nos émotions, nos sentiments, ni nos sensations...

Mais si l'on enlève tout ça, que reste t-il ? J'ai essayé d'enlever tout ça, de regarder derrière ou en dessous et parfois cela a donné des expériences et parfois cela n'a rien donné du tout. En tout cas, aucune expérience décisive, apparemment. 

Soi toi-même ! Il suffit d'être ! Ben voyons 😊! Moi, tout ce que je vois dans tout ça, c'est l'ego mental, émotionnel, énergétique, physique qui se manifeste d'une façon ou d'une autre. Où est-il le vrai  moi dans tout ça ? Et si parfois je sens quelque chose derrière, cela paraît insaisissable, je veux dire que cela échappe à toute définition. Et pourtant, quand la chose cela émerge à la conscience, c'est ultra concret, et paradoxalement, cela donne le sentiment que la chose est à la fois connue et incompréhensible... 

Pourtant derrière tous les phénomènes, il doit bien y avoir UN phénomène, derrière tous les mouvements, UNE immobilité, derrière tous les bruits, UN silence...

D'ailleurs, si je reprends l'oeuvre de Sri Aurobindo-Mère, pour ne donner qu'un exemple, il y a des paroles qui nous inviter à cesser de nous identifier alors que d'autres paroles insistent sur le fait de s'identifier. 😃

Mais il n'y a évidemment aucune contradiction car chaque chose est à sa juste place et tout est très nuancé, très subtil. Je dis simplement que c'est assez difficile, justement, de combiner toutes les indications dans une harmonie vraie. 

Un réconfort, c'est de retrouver le sentiment que ces états de misères que l'on traverse ne sont pas personnels mais représentatifs d'une façon d'être de l'humanité. La conscience est une, le corps est un, ça, j'en ai une conviction de plus en plus profonde... Alors, ce sont des choses qui nous traversent pour que nous puissions les offrir au Divin, pour qu'Il les transforme... Parfois, cela marche très bien et cela disparaît très vite et parfois cela dure des jours et des jours... 

Alors, c'est comme délicatement accepter-avaler le poison, ou l'offrir, ou projeter sur lui une force délicate pour qu'il s'ouvre à la Lumière... Un travail fort et délicat, très minutieux... qui parait interminable. 

Et je ne perçois pas la différence entre les "ça marche" et les "ça ne marche pas", "une expérience arrive" et "aucune expérience ne vient", alors que les "symptômes", les méthodes... semblent très similaires. Je ne comprends pas et c'est un peu vexant ! 😊 Et dans ces moments un peu difficile, la sensibilité augmente un peu beaucoup...

Dans ce passage un peu douloureux j'en suis venu à expérimenter une solution un peu inattendue : je m'en fiche ! Ou : cela n'a aucune importance ! Je me sens tout à fait mal fichu, les énergies qui travaillent en moi donnent des sensations parfois tout à fait désagréables, déconcertantes, et... je m'en fiche, que Ta Volonté soit faite, me tourner vers le Divin, me donner au Divin et advienne que pourra...

Mère a bien dit que pour la transformation du corps, il fallait être tout à fait indifférent à ce qui s'y passe...Si au moins on avait le sentiment d'être sur le chemin, de faire les bonnes choses, si seulement on recevait les indications de faire ceci ou cela... 

*

(Agenda du 27 août 1960)  :

Aphorisme 44 de Sri Aurobindo : Seules sont vraies les pensées dont le contraire est également vrai, en son temps et lieu ; les dogmes indiscutables sont la plus dangereuse espèce de mensonge.

Question de Satprem : Pourquoi les dogmes indiscutables sont‐ils les plus dangereux ?

Réponse de Mère :

La Vérité absolue, infinie, éternelle, est impensable pour le mental qui ne peut concevoir que ce qui est spatial, temporel, fragmentaire et limité.

Ainsi, sur le plan mental, la Vérité absolue se divise en d’innombrables vérités fragmentaires et contradictoires qui, dans leur ensemble, s’efforcent, tant bien que mal, de reproduire la Vérité originelle.

Si l’un des éléments de cette totalité est pris séparément et affirmé comme le seul vrai, aussi central ou compréhensif qu’il soit, il devient nécessairement un mensonge puisqu’il nie tout le reste de la Vérité totale.

C’est justement ainsi que sont constitués les dogmes indiscutables, et c’est pourquoi ils sont la plus dangereuse espèce de mensonge, parce que chacun affirme qu’il est la Vérité unique à l’exclusion de toutes les autres vérités qui, par leur totalité innombrable et complémentaire, expriment progressivement, dans le devenir, la Vérité infinie, éternelle et absolue.

*

Les jours précédents, par deux fois, j'ai eu l'impression de... rentrer dans mon corps, comme jamais je n'avais eu. Pourtant, le travail dans le corps, cela fait quelques temps que je m'y colle et jamais je n'avais perçu cela. C'était plus déconcertant que fort. 

La première fois, je faisais le AUM, tout simplement. Et pour la première fois, j'ai senti ce qu'il représentait, l'impression que le corps lui-même comprenait ce que cela signifiait. Et c'était si troublant qu'au bout de deux fois, la porte s'est refermée. Comme si une partie de la conscience corporelle s'était ouverte. Quelque chose comme ça. En amour, c'est vrai, c'est toujours la première fois.

La seconde, c'était en méditation et je cherchais un contact avec les cellules et à nouveau cette impression de rentrer dans le corps, de descendre dans le corps. Cela ne ressemblait pas aux expériences dont j'ai l'habitude. Et au moment où je touchais cela, où j'entrais là, c'était tellement concret, que mes expériences vécues auparavant dans le corps me sont apparues un peu... artificielles... Je ne sais pas comment dire. Comme entrer dans une épaisseur compacte... 

Et puis plus rien, le fil d'Ariane a disparu. Pour reprendre une parole de l'agent Smith dans Matrix : il n'y a pas de mot pour dire à quel point... ça m'exaspère ! ! ! 😊 Alors, dans ce relatif "écoulement intérieur", j'ai passé quelques nuits à me passer les nerfs avec des films et séries de préférence pas trop fatigantes pour les neurones... 

Agenda du 25 août 1965

(Mère lit un passage des «Essais sur la Guîtâ» qu'Elle veut publier dans le prochain Bulletin:)

«Il ne peut pas y avoir de vraie paix tant que le cœur de l'homme ne méritera pas la paix : la loi de Vichnou [le dieu d'amour] ne peut prévaloir tant que la dette avec Roudra [le dieu de la destruction] ne sera pas payée.

Alors se détourner pour prêcher la loi de l'unité et de l'amour à une humanité encore non évoluée ? Des instructeurs de la loi de l'amour et de l'unité, il faut qu'il y en ait, certes, car c'est par cette voie que viendra l'ultime salut. Mais tant que l'Esprit des Temps ne sera pas prêt dans l'homme, la réalité ultime et intérieure ne peut pas prévaloir sur la réalité immédiate et extérieure.

Le Christ et le Bouddha sont venus et partis, mais c'est Roudra qui tient toujours le monde dans le creux de sa main. En attendant, le féroce labeur de progrès d'une humanité tourmentée et opprimée par des Pouvoirs qui sont les profiteurs et serviteurs de la force égoïste appelle l'épée du Héros et la parole du prophète de la lutte.» (1)

C'est exactement le portrait de la situation.

La dernière fois, je disais comme la chose était proche, et puis... (geste comme une lame de fond) immédiatement, tout le contraire se lève : tous les gens se mettent de travers, les uns sont malades, les autres méchants, les autres sont furieux... oh ! Et tout grince et crie et... Chaque fois qu'il y a quelque chose qui s'approche : «Ah! ça y est, on a attrapé la chose», immédiatement, vrrrm!

Bien.

On n'a pas encore payé sa dette, comme dit Sri Aurobindo.

Que faire ?... Continuer. Être plus endurant que l'opposition. Plus endurant. Sri Aurobindo a dit : «La victoire est au plus endurant.» C'est évident. Il n'y a qu'à durer.

(1) :  Commentaire personnel : N'est-ce pas conforme à l'épreuve que nous traversons ? 

Antigonon leptopus – Antigone – Harmonie intégrale

Harmonie entre les choses, harmonie entre les gens, harmonie des circonstances et surtout harmonie des aspirations qui tendent toutes vers la Vérité Suprême.

*

Car tous les problèmes de l'existence sont essentiellement des problèmes d'harmonie. Ils découlent de la perception d'une discorde que l'on n'a pas résolue et de l'instinct d'un accord ou d'une unité que l'on n'a pas découverts.

Consentir à ne pas résoudre une discorde est possible pour ce qu'il y a de plus pratique et de plus animal en l'homme, mais impossible pour son mental pleinement éveillé, et d'habitude même les éléments pratiques de son être ne font que se dérober à la nécessité générale, soit en rejetant le problème, soit en acceptant un compromis grossier, utilitaire et sans clarté.

Car essentiellement, toute la Nature recherche une harmonie, la vie et la matière dans leurs sphères propres tout autant que le mental dans l'agencement de ses perceptions. 

Sri Aurobindo - La Vie Divine

*

Agenda de Mère du 5 juillet 1958

C’est ça : cette capacité d’être la passivité plastique absolue – comme ça – dans le silence et l’abandon total, et en même temps, ici, là, la volonté IRREDUCTIBLE, TOUTE-PUISSANTE, avec le pouvoir d’effectuation total, comme ça, qui brise toutes les résistances. Les deux simultanés sans qu’ils se gênent l’un l’autre, dans une même joie – ça, c’est le grand secret! L’harmonisation des contraires, dans la joie et la plénitude, toujours, toujours, tous les problèmes : c’est le grand secret.

*

Agenda du 8 novembre 1972

J’ai eu un moment – juste quelques secondes – la conscience supramentale. C’était tellement merveilleux, mon petit !... J’ai compris que si l’on nous faisait goûter ça maintenant, nous ne voudrions plus exister autrement. Et nous sommes en train de... (geste de pétrissage) de changer laborieusement. Et le changement, le processus du changement paraît... On peut l’avoir avec une sorte d’indifférence (je ne sais pas comment dire).

Mais ça ne dure pas longtemps. Et généralement, c’est... c’est laborieux.

Mais cette conscience-là, c’est tellement merveilleux, tu sais ! Et c’est une chose très intéressante parce que c’est comme une extrême activité dans une paix complète. Mais ça a duré quelques secondes.

(silence les mains tournées vers le haut)

Et toi ?

Satprem : C’est une conscience totale ?

C’est extraordinaire ! C’est comme l’harmonisation des contraires. Une activité, oui, totale, formidable, et une paix parfaite. Mais ça, ce sont des mots.

(silence)

C’est une conscience matérielle ?

L’action est une action matérielle – mais pas de la même manière, n’est-ce pas.

(silence)

Qu’est-ce qui fait que l’on peut entrer plus facilement en contact avec «ça»?... Qu’est-ce qui fait qu’on passe là, ou qu’on est là ?

Je ne sais pas parce que moi, constamment, toute la conscience, y compris celle du corps, est toujours (geste d’offrande) tournée vers le... ce qu’elle sent comme le Divin.

Et ça, sans «essayer», tu comprends ? 

Oui, oui.

*

 

O Sun-Word, thou shalt raise the earth-soul to Light

And bring down God into the lives of men;

Ô Mot-Soleil, tu élèveras l’âme de la terre à la Lumière

Et feras descendre Dieu dans les vies des hommes ;

Sri Aurobindo - Savitri

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article