Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par pascalemmanuel

Pierre Barnérias a enquêté plusieurs années sur le 3 ème secret de Fatima qui annonce une destruction importante de l'humanité. Si cette prophétie alarmante est erronée, tant mieux. Par contre, si elle est juste, totalement ou partiellement, un homme averti en vaut deux, dix ou cent, peut-être vaudrait-il mieux la regarder en face et essayer de trouver quoi faire, comment se préparer. 

Deux points d'introduction 

1) Je me souviens d'une parole de Sri Aurobindo qui disait que très peu d'hommes sur terre était capables de penser par eux-mêmes. Mon interprétation est que penser par soi-même, ce pourrait être de s'ouvrir à des niveaux de conscience plus élevés ou plus profonds et recevoir une idée que nous n'aurions jamais vu, entendu nulle part : dans aucun film, aucun journal, aucun livre... En fait, au mieux, nous ne faisons qu'organiser en nous, à notre façon, toutes les idées qui nous traversent depuis l'enfance par les conditionnements familiaux, culturels, l'éducation, l'environnement social, intellectuel, artistique, spirituel dans lequel nous baignons, auquel nous sommes attachés. Dans cet article, je ne prétends donc à rien de nouveau et je vais juste essayer de faire des liens autour du problème en question.

D'abord, notons, que ce Notre Dame de Fatima n'est pas la seule apparition mariale qui évoque des catastrophes à venir et que d'autres textes prophétiques en parle, dont les 4 cavaliers de l'Apocalypse évoqué dans le dernier live des DéQodeurs.

Extrait de leur interprétation :

1er Cavalier = Une force « positive » qui part pour vaincre (La Russie ? Trump ? Q ?…)

2eme Cavalier = Une grande division qui enlève la paix du monde… (Une guerre ? Division sociale ? Antivaxx contre Provaxx ?)

3eme Cavalier = Pénuries et famine ? Je crois que c’est de plus en plus clair !

4eme Cavalier = Les conséquences dévastatrices des 3 précédents + conséquences vaxxins ?

J'inivite à utiliser le lien ci-dessous pour aller dans l'article voir les sources qu'ils donnent, en particulier celles plutôt convaincante sur la pénurie alimentaire. 

Premier problème : l'éventuelle pénurie alimentaire :

Plusieurs niveaux de réponses sont possibles.

Les personnes qui ont des jardins seraient sages de commencer un potager. Les autres pourraient s'inspirer de cette fantastique courte vidéo sur la permaculture d'intérieur.  

Et puis, il serait prudent de se constituer un stock minimal, en particulier avec des aliments nourrissants, du riz, des légumes secs...

À mon point de vue, le plus intéressant serait d'avoir quelques kilos de graines germées, en particulier d'alfalfa. Pourquoi ? Parce qu'à défaut de se remplir le ventre, ces graines sont si puissantes sur le plan énergétique, que même avec très peu, nous ne mourrions pas de faim et nous garderions un apport importants de nutriments essentiels seraient.  

Un autre niveau, il serait peut-être utile de commencer à réduire son alimentation, à sauter quelques repas ici et là, à diminuer les quantités de nos repas...  et de s'intéresser de plus près au film Lumière, au sungazing et à l'alimentation pranique... 

Voyons maintenant quelques passages issus de L'Agenda de Mère. Au début de l'année 1969 Mère observa que l'atmosphère de la terre était changée  et après bien observé nous expliqua qu'une nouvelle conscience et la conscience humaine, était descendue pour aider l'humanité dans ce moment délicat de son évolution. Mère a beaucoup parlé du travail de cette nouvelle conscience intermédiaire entre la conscience supramentale, qu'elle a appelé la conscience du surhomme. Or, par rapport à notre sujet, le 3 mai 1969, Mère explique quelque chose de très intéressant :

Cette Conscience est très intéressante. Elle a (souriant)... ce n'est pas un mépris, c'est une sorte d'indifférence lointaine pour toutes les idées humaines – toutes les conventions, tous les principes, toutes les moralités, tout cela... ça lui paraît absolument grotesque. (…) D'abord, elle ne comprend pas du tout ce que nous voulons dire, l'importance que nous donnons (ça, pas du tout) à l'argent ; pour cette conscience, c'est une bouffonnerie ; l'argent, ce système, avoir inventé ce système-là, que l'on ne peut pas faire quelque chose sans tirer un billet, vraiment c'est pour elle une bouffonnerie... Et l'attitude vis-à-vis de l'argent, c'est comme... La mort, la nourriture et l'argent, cette Conscience a l'impression que ce sont les trois choses qui sont «formidables» dans la vie humaine, que la vie humaine tourne autour de ces trois choses – manger, (riant) mourir et avoir de l'argent –, et les trois, pour elle, ce sont... ce sont des inventions passagères qui sont le résultat d'un état qui est tout à fait transitoire et qui ne correspond pas à quelque chose de très profond ni de très permanent. (Agenda du 3 mai 1969)

Les choses toutes seules n'ont pas beaucoup de sens en soi. Par contre, si nous relions cette idée d'une éventuelle pénurie alimentaire au phénomène de changement de conscience, cette information révélée ici prend... une saveur particulière. 

Seul le tout peut expliquer la partie nous dit Sri Aurobindo. Alors, quand nous ne comprenons pas quelque chose, la méthode traditionnelle, et fausse, c'est de le couper en un morceaux plus petit. L'autre méthode et de voir comment ce morceau pourrait se rattacher à une perspective plus vaste, quelle place cela pourrait avoir dans un tableau général. 

Revenons au sujet de la nourriture et voyons ce que j'ai découvert avec stupéfaction dans l'Agenda du 29 mars 1972 :

N’est-ce pas, les difficultés de manger, par exemple, sont encore très grandes – il y a si longtemps que je n’ai plus de plaisir à manger, et alors maintenant c’est devenu vraiment une difficulté; eh bien, toute conscience cellulaire de la Présence divine augmente ces choses-là [le refus de la nourriture]. C’est-à-dire que tous les moyens extérieurs – la nourriture et toutes ces choses – paraissent tellement fastidieux! Il est certain que la prochaine création va vers autre chose, un autre moyen de se maintenir en vie, et nous ne savons pas encore quoi. J’ai comme une impression qu’il y a une nourriture – une nourriture intermédiaire – qui n’est plus ce qu’était la vieille nourriture et qui n’est pas encore... (l’absorption directe des énergies), qui a un minimum de soutien matériel. Et on ne connaît pas cela, on ne sait pas, personne ne sait, on n’a pas l’expérience ; alors il faut trouver ça – mais comment le trouver?

Lien vers le texte intégral

Et quelques semaines plus tard, le 9 août 1972, Mère revenait sur le sujet. 

Pour moi, cela devient de plus en plus difficile de manger – presque impossible. Évidemment, quelque chose doit remplacer la nourriture. (1)

Presque, presque impossible de manger.

Ce n’est rien de la sensation, ce n’est ni dégoût, ni rien : ça ne passe pas. C’est comme ça (geste d’étranglement). C’est-à-dire que je mets presque une heure à absorber ce qui pourrait être fait en cinq minutes.

(…)

Alors quand on m’a dit que cette explosion du soleil se dirigeait vers la terre et qu’elle affecterait les hommes, j’ai pensé : tiens, c’est peut-être cela, c’est ce qui vient remplacer la nourriture?

(1) En termes simples, on peut dire que toute matière vivante sur la terre est «assemblée» grâce à l’énergie du soleil (y compris et surtout ce qui nous sert de nourriture), puis cette même matière est «désassemblée» pour libérer et fournir la même énergie. Y aurait-il donc une méthode directe pour absorber ces mêmes particules d’énergie sans passer par les opérations intermédiaires ?

Rappelons, pour situer le contexte de ces deux extraits, que Mère était dans un processus de transformation très profond et observait minutieusement les effets de cette conscience supramentale dans le corps. Quoiqu'il en soit, elle notait une possible relation entre le fait de ne plus pouvoir manger avec... le soleil. Ainsi, Sébastien Lorca et les personnes qui s'intéressent à la pratique du sungazing, à l'alimentation pranique sont peut-être bien les pionniers, les aventuriers d'une nouvelle façon de se nourrir. Certes, pour l'instant, cela ne concernerait que quelques milliers de personnes, mais à partir du moment ou cette potentialité nouvelle s'est manifestée sur terre, il est probable qu'elle continue de faire son chemin et de se propager. D'autant que le processus évolutif se mesure moins à l'échelle d'une vie et davantage en terme de générations.

Évitons de nous enfermer dans le piège des soit-disant impossibles et de jouer aux inquisiteurs qui refusaient d'admettre que la terre tourne...

La Conscience est remplie de potentialités cachées alors restons ouverts à toutes les possibilités. 

Ainsi, je ne peux que constater qu'en même temps qu'apparait dans notre monde la menace d'une pénurie alimentaire il apparait AUSSI l'idée que la nourriture est une "invention passagère" et qu'il y a un processus pour apprendre à absorber directement les énergies. Cette coexistence d'un problème et d'une solution est frappante ! Mère à même dit, le 15 mars 1967, que la solution précédait le problème !

Vraiment, avec une nouvelle conscience, notre défi est de commencer à penser différemment ! 😃

J'ignore comment les gens vont réagir à ces informations, pour ma part, je trouve que c'est déjà fort et il y a encore plus fort.

Satprem, après avoir tant et tant écrit et vulgarisé l'oeuvre de Sri Aurobindo-Mère, en 1982, s'est dit que cela suffisait de dire et qu'il fallait lui-même entrer dans l'expérience, tenter de faire, de poursuivre l'action évolutive entreprise par Sri Aurobindo-Mère. Tout a commencé avec un OUI à l'intérieur de son corps, quelque chose qui adhérait. Souvent, à vrai dire, je me demande si ce OUI, ne serait pas le suprême mantra. Nous sommes tellement remplis de NON ! C'est effrayant, c'est à pleurer. Et si pour une fois et de nombreuses fois, désormais nous disions OUI. Évidemment, il faut être clair sur la nature de ce oui et ne pas dire oui à tout et n'importe quoi. 

Donc, de 1982 à 2007, Satprem a commencé ce qu'il a appelé le vrai travail dans le corps. Et ce fut difficile. Et au cours de ces 25 ans d'expérimentation, il fit des découvertes dont il rendit compte, d'une façon générale dans les Carnets d'une Apocalypse et d'une façon très condensée dans Évolution II ou il parle, entre autre, d'un nouvel oxygène, d'un nouvel air, qui servira pour notre respiration, pour notre structure et pour notre alimentation. 

Or, plus curieux encore, M.P. Pandit était un érudit à l'Ashram de Sri Aurobindo et dans son article "le saut évolutif", il valide l'expérience de Satprem et la relie à une pensée chinoise qui parle aussi de la découverte d'un air servant de nourriture. 

Deuxième problème : la mort éventuelle d'un très grand nombre d'êtres humains :

Une première possibilité est de regarder froidement la situation sans aucun sentimentalisme et de voir que Mère elle-même a évoqué au moins à deux reprises le problème.

Les trois quarts de l’humanité sont périmés. (Agenda du 16 février 1972)

Voir le texte intégral

À ce propos, je m'interroge, peut-être de la mauvaise façon, c'est possible. Nous savons que la conscience-de-vérité ne fait aucun compromis avec le mensonge et ne respecte que que la vérité. Extrait d'une conversation entre Sri Aurobindo et un disciple en date du 18 septembre 1935, cité dans l'Agenda du 27 juillet 1968 :

Sri Aurobindo : Le Surmental est obligé de respecter la liberté de l'individu... y compris sa liberté d'être pervers, stupide, récalcitrant et épais. Le Supramental n'est pas simplement un degré plus haut que le Surmental : il est de l'autre côté de la ligne, c'est une conscience et un pouvoir différents, au-delà de la limite mentale.

Un disciple : Voulez-vous dire que le Supramental n'aura aucun respect pour les personnes ?»

Sri Aurobindo répond : Mais bien sûr ! c'est ce que je veux dire. Il respectera seulement la Vérité du Divin et la Vérité des choses.

En clair, pour le dire tout à fait simple, c'est presque une lapalissade, nous ne pourrons pas entrer dans le monde de vérité en restant nous-mêmes dans le mensonge. Sur ce point-là, la conscience supramentale ne fait pas de compromis. 

Le déferlement de mensonges auquel nous assistons depuis deux ans est pour moi la preuve irréfutable d'une grande opération de nettoyage. Mais qu'en est-il des gens ? C'est la question que je me pose. Tout à l'heure, je suis allé voter, et ensuite, j'ai trouvé que c'était tout à fait opportun et de circonstance, un jour d'élection, de m'arrêter à une boulangerie pour acheter une part de flan 😄...

Blague à part, pendant la demi-heure où j'étais dans le bureau de vote, j'estime que, à la louche, plus de la moitié des gens étaient masqués... alors que ce n'est plus obligatoire.

J'ai beau dire, j'ai beau faire... cela m'interroge et je ne sais qu'en penser. Si nous avons assistés à un déferlement de mensonge et de propagande, tout de même, après deux ans,  nous avons aussi accès à. une quantité invraisemblable d'informations fiables et facilement accessibles pour comprendre la supercherie. J'avoue, que cela me sert un peu le coeur de penser cela, mais tout de même, je fais le rapprochement avec l'humanité périmée évoquée par Mère. 

Il y a un autre passage dans L'Agenda où Mère évoque la destruction de l'humanité. Je l'ajouterai plus tard, quand je l'aurai retrouvé. De mémoire, Mère disait que même si une partie importante de l'humanité devait disparaître, cela ne la détournerait pas de sa tâche d'amener la vérité divine sur la terre. Je ne me souviens plus exactement des mots mais il me semble que l'idée générale était que, si l'humanité n'en voulait pas, de la vérité, et bien tant pis pour elle, elle périrait. En gros, maintenant ça suffit le mensonge et la tromperie et la manipulation etc...

Et à ce propos, un élément en amenant un autre, j'ai retrouvé un autre passage extraordinaire dans lequel Mère dit ceci :

Si l'Amour était manifesté avant la Vérité, il y aurait des catastrophes.

(Agenda du 24 juillet 1963)

Lien vers le texte intégral

Je trouve ça, formidablement intéressant parce que tous les gens parlent de l'amour, l'amour, l'amour en sautant comme des cabris... et puis, cela fait plus de  2500 ans que le Bouddha prêche la compassion et plus de 2000 ans que les paroles du Christ sur l'amour du prochain résonnent dans nos coeurs et voilà où nous en sommes, collectivement parlant... 

Peut-être que, depuis des générations, nous avons mis la charrue avant les boeufs et que c'est pour ça que... ça ne marche pas. Pas vraiment en tout cas. Ou ponctuellement. Partiellement. 

Cette parole dans cet Agenda est à mettre avec un extrait d'une magnifique Lettre de Sri Aurobindo :

Amener dans le monde l'Amour, la Beauté et l'Ananda divins est certainement l'essence de notre yoga et son couronnement. Mais il m'a toujours semblé que c'était impossible à moins que la Vérité divine – ce que j'appelle le Supramental – et son Pouvoir divin ne viennent leur donner un appui, une assise et les protéger. Sinon, aveuglé lui-même par les confusions de la conscience actuelle, l'Amour peut s'égarer dans ses réceptacles humains ou, même sans cela, il se peut qu'il ne soit pas reconnu et qu'on le rejette, ou qu'il dégénère rapidement et soit perdu dans la fragilité de la nature inférieure humaine.

Mais quand l'Amour divin arrive avec la Vérité et le Pouvoir divins, il descend d'abord sous une forme transcendante et universelle, puis, de cette transcendance et de cette universalité, il choisit les personnes suivant la Vérité et la Volonté divines, créant un amour personnel plus vaste, plus grand, plus pur que le mental ou le coeur humain ne peuvent maintenant l'imaginer.

C'est seulement quand on a eu l'expérience de cette descente, que l'on peut réellement être un instrument de la naissance et de l'action de l'Amour divin dans le monde.» (Lettres)

Angle injections expérimentales

Comte tenu de la liste des effets secondaires qui ne cesse de s'allonger, il est possible qu'une bonne partie des morts annoncés soit une conséquence de ces injections expérimentales. D'autant, qu'une partie non négligeable de la population reste hypnotisée et acceptera l'hiver prochain de se fera injecter,  en dépit de tout bon sens, une 4ème, 5ème, 6ème... dose. Décidément, on ne peut vraiment pas faire boire un âne qui n'a pas soif ! 

Angle occulte :

Pour revenir à notre sujet, le troisième secret de Fatima et l'annonce de la destruction d'une grade partie de l'humanité, une autre façon de voir le problème est de regarder la chose sous l'angle occulte et de se rappeler une rencontre dans l'invisible entre Mère et le démon qui se faisait appeler le Seigneur des Nations. Mère en parlera à deux reprises dans l'Agenda. 

Agenda du 26 mars 1959

Il s’appelle parfois lui-même le «Seigneur des Nations». C’est lui qui met en train toutes les guerres, et c’est en déjouant ses plans que la dernière guerre a pu être gagnée... Celui-là ne veut pas se convertir du tout, il ne veut pas de la transformation physique ni du monde supramental car ce serait sa fin. D’ailleurs il sait... Nous nous parlons; par-delà tout cela, nous avons des relations. Et après tout, n’est-ce pas (riant), je suis sa mère! Il m’a dit un jour: «Je sais que tu me détruiras, mais en attendant je ferai toutes les catastrophes possibles.»

Voir le texte intégral

Agenda du 5 novembre 1961

Il avait écrit «le Seigneur des Nations»... Et moi, je le voyais, oh ! je l’ai vu ce Seigneur des Nations. Et pendant l’autre guerre, la dernière (la seconde guerre mondiale)... C’était le Seigneur des Nations, cet être qui apparaissait à Hitler. Ça, c’était fantastique !... Et alors, moi, je savais quand ils allaient se rencontrer (parce que, après tout, c’est mon fils ! c’est cela qui était le plus comique) et une fois, je me suis substituée à lui et je suis devenue le dieu d’Hitler (!) et alors je lui ai conseillé d’attaquer la Russie – deux jours après, il attaquait la Russie. Mais sortie de «l’entrevue», je rencontre l’autre [le vrai] qui arrivait à l’entrevue ! Il était assez furieux. Il m’a demandé pourquoi j’avais fait cela ; j’ai dit : «Ça ne te regarde pas! Parce que c’était cela qu’il fallait faire.» Et alors il m’a répondu : «Tu verras. Je sais, je sais que tu me détruiras, mais avant d’être détruit, je ferai autant de décombres qu’on peut en faire, tu peux en être sûre.»

Voir le texte intégral

Ainsi, cette grille de lecture permet de voir dans toutes les catastrophes actuelles, la mise en application de la menace démoniaque qui sait que sa fin est proche mais fait tout son possible pour détruire au maximum.

Une petit détail m'interpelle beaucoup. Dans un cas, Notre Dame de Fatima annonce des catastrophes terribles pour l'humanité mais elle semble en attribuer la responsabilité à l'humanité pécheresse. Et dans l'autre, il y a aussi l'annonce d'un maximum de dégâts, mais cette fois-ci la responsabilité en est attribuée à un démon. Ce n'est pas tout à fait la même chose ! Maintenant, la contradiction peut n'être qu'apparente et les deux peuvent avoir tout de même un lien.

Rencontre de Mère avec Théon

Et puis, toujours sous l'angle occulte, une autre anecdote de Mère me semble très utile. Elle concerne sa rencontre avec Théon qui l'a initié avec sa femme à l'occultisme et lui a appris à sortir douze fois de son corps en toute conscience, d'un corps subtil à un corps subtil.

Ces connaissances occultes étaient nécessaires à Mère bien que ce fut un être dangereux qui lui demanda un jour si elle avait peur de lui. 

 

Agenda du 4 février 1961

Et alors, tout d’un coup, sans prévenir ni rien, (Théon) se retourne, il se plante en face de moi et il me dit : «Maintenant, vous êtes à ma merci. Vous n’avez pas peur? » Comme ça. Alors je l’ai regardé, j’ai souri, je lui ai dit : «Je n’ai jamais peur. J’ai le Divin, là.» (Mère touche son cœur) Eh bien, vraiment il a blêmi. 

Voir le texte intégral

Agenda du 15 avril 1972

Le premier jour où je suis arrivée à Tlemcen, Théon est venu me chercher, et il m’a dit... (je ne comprenais pas; maintenant je comprends!), il m’a dit: «Vous êtes seule avec moi, vous n’avez pas peur?» Alors je lui ai répondu, mais absolument consciente et tranquille... Je me souviens, nous marchions dans son immense propriété; nous marchions, montions à pied vers la maison ; je lui ai dit (Mère lève l’index) : «Mon être psychique me gouverne – je n’ai peur de rien.» Alors... (sursaut de Théon, comme s’il avait été brûlé).

(…)

Ça m’a frappée, je ne l’ai jamais oublié. Tout d’un coup, mon être psychique était là : «Je suis consciente de mon être psychique, il me protège, je n’ai peur de rien...» Ce ne sont peut-être pas exactement les mots, je ne sais pas, mais c’était la réponse.

Voir le texte intégral

Nous avons en nous, cachée dans le sanctuaire secret du coeur, une conscience immortelle, une présence invincible... et si nous établissons un contact conscient avec  ça, c'est la solution parfaite à toutes les peurs. Même sans en avoir clairement conscience, si nous gardons présent simplement l'idée à l'esprit, avec une certaine foi, une certaine confiance, cela devrait déjà assurer une certaine protection...

Mère divine

Ces éléments occultes en entraînent un autre sur l'identité de Mère. L'Apocalypse de Jean évoque la vision d'une femme couronnée de douze étoiles qui interviendrait à la fin des temps... or, Madame Théon, immense occultiste révéla à Mère, qu'elle était Elle, parce qu'Elle avait une couronne de 12 étoiles. 

"C'était là que madame Théon m'avait reconnue, parce que j'avais les douze perles en formation sur la tête ; elle m'a dit : "Vous êtes ça, parce que vous avez ça. Il n'y a que ça qui ait ça !" Mère faisait-elle allusion à la vision de saint Jean dans l'Apocalypse, d'"une femme revêtue du soleil, qui a la lune sous ses pieds et sur sa tête une couronne de douze étoiles"?  Sujata Nahar - Les Chroniques de Mère - Tome III "Mirra occultiste"

Pour en revenir à notre sujet, face à l'annonce d'une terrible hécatombe, deux paroles des Aperçus et Pensées de Sri Aurobindo viennent me reviennent en mémoire :

Partout où tu vois une grande fin, sois sûr d’un grand commencement. Quand une douloureuse et monstrueuse destruction épouvante ta pensée, console-la avec la certitude d’une vaste et grande création. Dieu est là, non seulement dans la petite voix tranquille, mais aussi dans le feu et dans le tourbillon.

Plus la destruction est grande, plus libres sont les chances de création ; mais la destruction est souvent longue, lente, oppressive, la création souvent tarde à venir et son triomphe est interrompu. La nuit revient encore et encore, et le jour s’attarde ou semble même avoir été une fausse aurore. Ne désespère donc point, mais veille et travaille. Ceux qui espèrent avec violence sont prompts à désespérer. N’espère ni ne crains, mais sois sûr du dessein de Dieu et de ta volonté d’accomplir.

*

La Providence n’est pas seulement ce qui me sauve du naufrage quand tous les autres ont péri. La Providence est aussi ce qui m’arrache ma dernière planche de salut, tandis que tous les autres sont sauvés, et me noie dans l’océan désert.

Cette dernière parole de Sri Aurobindo sur la providence, sans doute un peu étrange, nous invite à regarder les choses autrement. Par exemple, si je dois vivre c'est bien, si je dois mourir c'est bien. C'est que le moment est venu et c'est tout. Pas de quoi en faire un plat. D'ailleurs dans sa continuelle exploration des vraies causes de la mort, Mère reviendra sur cette indifférence vis-à-vis de la mort comme une nécessité, une étape importante. La conscience du surhomme descendue en 1969 évoquée plus haut, elle aussi semblait regarder la mort de façon pour le moins... détachée.

À nouveau, si nous sommes au sommes conscient de l'existence d'une conscience immortelle présente en nous, la mort du corps, ma foi, peut sembler tout à fait anecdotique... 

Nous pouvons tourner en rond à chercher toutes sortes de solutions, nous en revenons à l'essentiel, établir le lien avec la part divine de notre être.

Jugement dernier

Une autre façon de regarder la question est de la voir à partir de ce que la religion à appelé le jugement dernier. Dans l'Agenda, Mère en a parlé à 4 reprises.

La première fois, ce fut le 6 juin 1958. Mère commence par parler de la conscience supramentale ou conscience-de-vérité par rapport à notre conscience actuelle :

 

Cette conscience-ci est vraie par rapport à ce monde-ci tel qu’il est, mais l’autre... c’est tout à fait autre chose. Il faut une adaptation pour que les deux puissent se toucher, autrement on saute de l’une à l’autre. Et cela, ça ne va pas. Il faut qu’il puisse y avoir un passage progressif entre les deux. Cela veut dire qu’il y a toute une quantité d’échelons de conscience qui manquent. Il faut que cette conscience-ci se joigne consciemment à cette conscience-là, et cela veut dire une multitude d’échelons qui passent de l’un à l’autre. Alors on pourra monter progressivement, et le tout montera.

Cela aura une action un peu comme ce qui a été décrit quand on a parlé du Jugement dernier.

C’était une forme tout à fait symbolique de quelque chose qui vous donne le discernement entre ce qui appartient au monde du mensonge qui doit disparaître, et ce qui appartient à ce même monde d’ignorance et d’inertie, mais qui peut se transformer.

L’un ira d’un côté et l’autre de l’autre.

Tout ce qui peut se transformer va s’imprégner de plus en plus de cette nouvelle substance et de cette nouvelle conscience au point de monter vers elle et de servir de lien entre les deux, mais tout ce qui est incorrigiblement du mensonge et de l’ignorance disparaîtra.

Cela a été prédit aussi dans la Guîtâ : parmi ce que nous appelons les forces adverses ou anti-divines, celles qui sont capables de se transformer monteront, s’en iront vers la conscience nouvelle, tandis que tout ce qui est irrévocablement dans la nuit et dans la mauvaise volonté sera détruit, disparaîtra de l’Univers.

Et il y aura certainement toute une partie de l’humanité qui a répondu d’une façon un peu trop... enthousiaste à ces forces, qui disparaîtra avec elles.

Et cela, c’est ce que les gens ont traduit dans cette conception du Jugement dernier.

Ainsi, nous pouvons être terrifiés ou sauter de joie car les événements à venir signifient aussi la fin des ténèbres, la fin des forces anti-divines. Et enfin, comme Sri Aurobindo a pu le dire la beauté marchera sur le monde...

La seconde fois, quelques jours après la conversation précédente Mère souhaita ajouter un complément :

Cette lutte, ce conflit entre les forces constructives d’évolution ascendante, de réalisation de plus en plus parfaite et divine, et des forces de plus en plus destructives – puissamment destructives, des forces d’une folie qui échappe à tout contrôle – , est de plus en plus évident, marqué, visible, et c’est une sorte de course ou de lutte à qui arrivera le premier à son but.

Il semblerait que toutes les forces adverses, anti-divines, les forces du monde vital, soient descendues sur la terre, qu’elles s’en servent comme de leur champ d’action, et qu’en même temps une force spirituelle plus haute, plus puissante, nouvelle, soit aussi descendue sur la terre pour y amener une vie nouvelle.

Cela rend la lutte plus aiguë, plus violente, plus visible, mais il semble aussi, plus définitive, et c’est pourquoi l’on peut espérer arriver à une solution prochaine.

La troisième fois, c'était le 19 février 1963 et c'est formidablement intéressant car cela change complètement notre regard de la situation, notre perception. Ce n'est plus une destruction fantastique et terrifiante mais le passage de ce qui est périmé du monde manifesté au monde non-manifesté.

Avec cette clef de compréhension-là, nous nous éloignons de la sempiternelle notion culpabilisante du péché utilisée par les religions. Il semblerait que cela repose plus sur notre capacité à lâcher prise avec nos vieilles idées, nos vieilles conceptions, nos vieilles habitudes... 

Comme d'habitude avec Mère, ce n'est jamais de la théorie, tout ce qu'Elle dit par du réel d'une expérience. 

 

Ça concernait la création du monde matériel, de l'univers matériel, d'après cette conception du Suprême qui devient amoureux de Son émanation ; mais alors c'était d'une façon tout à fait générale. C'était la vision comme si j'étais de l'autre côté – du côté du Suprême, pas de la création –, et voyant la création dans son ensemble, avec le vrai sens du progrès, le vrai sens de l'avance, du mouvement, et la vraie manière dont ce qui n'appartient pas à la création future disparaîtra dans une sorte de pralaya(ça ne peut pas «disparaître», mais ce sera retiré de la Manifestation).

Alors c'était très intéressant : tout ce qui ne collabore pas (en ce sens que c'est une expérience suffisante, une expérience qui n'a pas de suite) était réabsorbé. C'était comme la vraie façon de voir ce qu'ils ont traduit par le Jugement dernier.

C'est une chose qui se passe constamment, toute cette «bouffée» de manifestation, et il y a des choses qui ont été, selon notre vision du temps, mais qui se prolongent, c'est-à-dire qu'elles continuent à exister dans l'avenir; il y a des choses qui s'épuisent (ça, c'est le présent) ; et il y a des choses qui n'ont plus de raison d'être, qui ne peuvent pas suivre le mouvement (je ne sais pas comment expliquer) et qui rentrent dans le Non-Être – dans le pralaya, le Non-Être, ce qui n'est pas manifesté –, mais pas dans leurs formes : dans leur essence naturellement ; c'est-à-dire que ce qui est le Suprême reste le Suprême non-manifesté.

Mais tout ça, c'était une expérience vivante, concrète, qui a duré pendant un jour et demi. C'était tout le mouvement universel qui était VÉCU, sensible ; pas seulement vu : vécu – dans une lumière ! une puissance formidable ! Et alors cette espèce de certitude qui est en toute chose – c'est très curieux. C'est difficile à exprimer. Mais l'expérience a duré si longtemps qu'elle était devenue tout à fait familière ; traduite par des mots, je pourrais dire : c'est la façon du Suprême de voir les choses – de les sentir, de les vivre. 

1. Pralaya : fin d'un monde, apocalypse.

Et la dernière fois que Mère a parlé du Jugement dernier, c'était le 19 octobre 1967 dans lequel Mère ironise sur une façon une vision un peu trop infantile des choses :

J'ai lu l'Évangile autrefois mais je ne me souviens plus, je ne savais pas qu'on annonçait là une grande bataille. Je sais qu'on annonce le Jugement Dernier où tous les gens qui ont été enterrés vont ressusciter et comparaître devant le Seigneur-Dieu assis dans son fauteuil (Mère rit) qui va leur dire s'ils sont... (Riant) Il mettra les uns d'un côté et les autres de l'autre!... Je n'exagère pas, c'est comme cela que c'est écrit.

*

Une dernière façon de regarder "le problème" est de bien savoir qu'après les temps difficiles, un âge solaire va venir. Voici un extrait parmi d'autre qui évoque... ce qui attends l'humanité. 

Quand l’obscurité se fera profonde, étranglant la poitrine de la terre,

Quand le mental corporel de l’homme sera la seule lampe,

Comme un voleur dans la nuit viendront les pas cachés

De l’Un qui entre inaperçu dans sa maison.

Une Voix mal entendue parlera, l’âme obéira,

Une Puissance furtive gagnera la chambre intérieure du mental,

Un charme et une douceur ouvriront les portes closes de la vie

Et la beauté vaincra la résistance du monde,

La lumière-de-vérité capturera la Nature par surprise,

À pas de loup, Dieu contraindra le cœur à la félicité

Et la terre deviendra divine sans s’y attendre.

Dans la Matière s’allumera le brasier de l’esprit,

Dans les corps et les corps s’enflammera la naissance sacrée ;

La Nuit s’éveillera à l’hymne des étoiles,

Les jours deviendront une heureuse marche de pèlerin,

Notre volonté, une force du pouvoir de l’Éternel

Et la pensée, un rayonnement du soleil de l’Esprit.

Quelques-uns verront ce que nul encore ne comprend ;

Dieu grandira tandis que les hommes sages parlent et dorment ;

Car l’homme ne saura point l’avènement jusqu’à son heure

Et la foi ne sera point jusqu’à ce que l’œuvre soit accomplie.

Savitri - Livre 1 - Le Livre des Commencements

Chant 4 - La Connaissance Secrète

Lien vers Savitri

Conclusion :

Cet article est très long, avec une masse importante d'informations, je voulais autant que possible faire le tour de la question. Prenons-le comme un outil de travail sur lequel nous pouvons revenir plusieurs fois. Et partager si vous trouvez le sujet d'actualité et pertinent. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article