Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par pascalemmanuel

Pour une fois, si c'est du vécu, ce n'est pas le mien. Ci-dessous, un témoignage très fort, honnêtement j'en suis un peu KO...

J'ai commencé à prendre quelques notes, mais le mieux est de découvrir par vous-mêmes...

 

Mère a parlé quelque part des décalages dans l'être, avec des parties en avance et d'autres en retard.

Avec le témoignage de Mickaël, je sens qu'une partie de mon être, celle en avance, aspire à ça très fort, la transformation et j'ai déjà senti que dans le corps, ce n'était pas très facile...

Et si je regarde une autre partie de mon être, celle en retard, je me reconnais tout à fait dans ce passage trouvés dans La Voie ensoleillée :

Apprendre à vouloir est une chose très importante. Et pour vouloir vraiment, il faut unifier son être. Au fond, pour être un être, il faut d'abord s'unifier. Si on est tiré par des tendances absolument contraires, si l'on passe les trois quarts de sa vie à être inconscient de soi-même et des raisons pour lesquelles on fait les choses, est-ce qu'on peut être ? On n'existe pas. On est une masse d'influences, de mouvements, de forces, d'actions, de réactions. Mais on n'est pas un être. On commence à être un être quand on commence à avoir une volonté. Et l'on ne peut avoir une volonté que si l'on est unifié.  

Et quand vous aurez une volonté, alors vous pourrez dire, vous pourrez dire au Divin : « Je veux ce que Tu veux », mais pas avant. Parce que pour vouloir ce que le Divin veut, il faut avoir une volonté, autrement, on ne veut rien du tout. On voudrait. On voudrait bien. On voudrait bien vouloir ce que le Divin veut faire. On n'a pas de volonté à Lui donner à Son service. (29 septembre 1954)

*

La première victoire est de créer une individualité. Et puis après, la seconde victoire, c'est de donner cette individualité au Divin. Et la troisième victoire, c'est que le Divin change votre individualité en un être Divin.

Il y a trois étapes : la première c'est de devenir un individu ; la seconde c'est de consacrer l'individu et qu'il se soumette entièrement au Divin pour s'identifier à Lui ; et la troisième c'est que le Divin s'empare de cet individu et le change en un être à Sa propre image, c'est-à-dire qu'il devienne divin lui aussi.

Généralement, tous les yogas s'arrêtaient à la seconde. Quand on était arrivé à soumettre l'individu et à le donner sans réserve au Divin pour s'identifier à Lui, on considérait que son travail était fini, que tout était accompli.

Mais nous, nous commençons-là, et nous disons : « Non, c'est seulement un commencement. Nous voulons que ce Divin auquel nous nous sommes identifiés, entre dans notre individualité et en fasse une personnalité divine agissant dans un monde divin. Et ça, c'est ce que nous appelons la transformation.

Mais l'autre la précède, doit la précéder. Si ce n'est pas fait, il n'y a pas de possibilité pour la troisième. On ne peut pas passer de la première à la troisième ; il faut passer à travers la seconde. (21 décembre 1955)

 Et bien voilà, sauf erreur de ma part évidemment, il me semble parfois avoir été touchés par l'énergie supramentale et je me suis bien aperçu que dans le corps, ce n'était pas très facile et d'un autre côté, je ne suis pas certain du tout d'être unifié car je suis encore tiré à hue et à dia par des forces contradictoires, poussé à faire des choses sans savoir pourquoi. L'être est comme écartelé entre des forces qui le poussent en avant, le tirent vers le haut et des forces qui le maintiennent dans des habitudes tout à fait rudimentaires qui le maintiennent et le tirent en bas.

En tout cas, le témoignage de Mickaël est pour moi vraiment très fort, et je ressens le besoin de l'écouter à nouveau, de rester relié-centré-imprégné des informations qu'il partage...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
E
superbe témoignage d'une expérience vécue !<br /> <br /> " Pour chacun, les autres doivent être lui-même autant que son propre corps, et non pas d'une façon mentale et artificielle, mais par un fait de conscience, par une réalisation intérieure" ces paroles de Mère rappelant celles de Sri Aurobindo dans les Entretiens, me semblent si justes quand on écoute ce témoignage de Mickaël!
Répondre
P
Merci pour votre commentaire. Rien à dire de plus ou de mieux 👍 🌸 🙏