Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par pascalemmanuel

Mon ami Diksha m'envoie un sms pour me dire : "fièvre + perturbations climatiques + ressenti personnel = il se passe quelque chose dans l'atmosphère" et il m'invite à être aux aguets. 

Portulaca grandiflora – Porcelaine – Compassion de SriAurobindo

En fait d'être aux aguets, la veille le mantra tournait en boucle sans pouvoir l'arrêter et aujourd'hui, je n'y arrivais même plus et je me suis endormi comme une masse.

Par contre au réveil, il s'est immédiatement passé quelque chose de fort. Il m'a été présenté l'idée qu'au fond de moi j'étais intimement persuadé que Sri Aurobindo avait une idée de moi très négative. J'imaginais qu'il pensait que j'étais un branquignole m'y prenant comme un manche dans ce yoga et que décidément, je n'arriverais jamais à rien.

Une idée très méchante et complètement idiote, bien cachée. Comment Sri Aurobindo pourrait-il avoir de la haine ou du mépris pour qui ce soit : cela ne tient pas debout.

En fait, c'était une projection de la piètre image de moi-même sur Sri Aurobindo. C'est tellement stupide que si je m'en étais aperçu, j'aurais tenté de corriger cette débilité. C'est complètement ridicule. 

Peut-être s'agissait-il d'une pensée issue des forces adverses... je ne m'en étais pas rendu compte, elle était bien cachée. 

Une amie me racontait le mois dernier qu'elle se sentait aimée de Mère et je n'ai rien compris au point de me demander : "mais à quoi ça sert ?" Comme si l'amour avait quelque chose à voir avec un quelconque côté utilitaire !

Et puis franchement, soyons sérieux, que Sri Aurobindo puisse avoir de l'amour pour moi, cela ne tenait pas debout. Sans doute parce que la lecture de ma vie ressemble à un désastre...

Alors aussitôt je me suis mis à pleurer de douleur pendant plusieurs minutes. C'était violent parce que c'était l'idée que je ne méritais pas d'être aimé. Et puis j'ai commencé à me calmer et il a fallu encore une dizaine de minutes pour que je commence à accepter l'idée que Sri Aurobindo puisse avoir de l'amour pour moi... mais dans les profondeurs, je sentais encore des résistances. 

Avec le Divin, c'est aussi une histoire de relation. Comment entrer en relation avec le Divin avec des idées pareilles ? 

Nous sommes tous des mendiants de l'amour a dit Satprem quelque part... 

Pourquoi faire ce témoignage ? Pour inviter ceux qui me liront à regarder en eux s'ils n'ont pas eux aussi des idées idiotes qu'il serait judicieux de corriger. 

Très fatigué, besoin de ne rien faire, je tombe sur cet Agenda du 31 juillet 1963 dans lequel Mère parle une fois de plus de l'importance de cette immobilité. 

Quelques jours plus tard. Mère a ajouté ceci : «Il y a aussi quelque chose que je n'ai pas dit: c'est un besoin impérieux de cesser toute activité matérielle de façon que le corps puisse recevoir pleinement – aussi pleinement que possible – la Force divine qui doit remplacer ce qui est retiré. C'est un besoin avec une sorte d'absolu : rester complètement immobile, silencieuse, et laisser la Force descendre – pénétrer, n'est-ce pas. Toute activité corporelle doit être arrêtée d'une façon quelconque, et si l'organisation matérielle, ou l'habitude, fait qu'il y a tendance à continuer, il se produit une sorte d'impossibilité matérielle, d'excessive fatigue ou de malaise pour que le corps soit obligé de rester tranquille.

Parce que ce n'est pas le tout d'enlever ou de changer ce qui ne doit pas être là; il faut que ce qui est enlevé soit remplacé par ce qui doit être là; autrement, il y aurait dissolution par amenuisement, une diminution progressive de substance. Il faut remplacer ce qui est sublimé ou retiré, par quelque chose qui soit la vraie Vibration, celle qui vient tout droit du Suprême.»

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article