Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par pascalemmanuel

Plusieurs infos reçues par des amis que je partage à mon tour. D'abord cette lettre de Sri Aurobindo à un disciple, datée du 29 juillet 1942 et d'une formidable actualité.

« Vous ne devez pas voir cela comme une lutte pour certaines nations contre d’autres, ou même comme une lutte pour l’Inde ; c’est un combat pour un idéal qui doit s’établir sur terre dans la vie de l’humanité, pour une Vérité qui doit encore se réaliser pleinement, et contre une obscurité et un mensonge qui essaient d’engloutir la terre et l’humanité dans l’avenir immédiat.

Ce sont les forces derrière le conflit que nous devons voir, pas telle ou telle circonstance superficielle. Il ne sert à rien de se concentrer sur les défauts ou les erreurs des nations — toutes ont des défauts et commettent de graves erreurs — ce qui compte, c’est de quel côté elles se sont rangées dans la bataille.

C’est un combat pour la liberté de développement de l’humanité, pour défendre les conditions de liberté et d’espace dans lesquelles les hommes peuvent penser et agir en accord avec leur lumière intérieure et grandir dans la Vérité et dans l’Esprit.

Il ne fait pas l’ombre d’un doute que si l’un de ces côtés gagnait, ce serait la fin de toute liberté de ce genre et de l’espoir de lumière et de vérité, et que l’œuvre qui doit se faire serait soumise à des conditions qui la rendraient humainement impossible ; ce serait un règne de fausseté et d’obscurité, une oppression cruelle et une dégradation de la majorité de la race humaine tels que les gens de ce pays ne peuvent les imaginer ou s’en rendre compte le moins du monde.

Si l’autre côté, qui a pris position pour l’avenir libre de l’humanité, triomphe, ce terrible danger sera écarté et seront créées les conditions dans lesquelles l’Idéal aura une chance de grandir, l’œuvre divine d’être réalisée et la vérité spirituelle que nous défendons une chance de s’établir sur la terre. Ceux qui se battent pour cette cause se battent pour le Divin et contre la menace du règne de l’Asoura. » 

Ensuite, cette vidéo de 20 mn de Campagnol, très calme, très posée et qui envisage des révélations explosives de Vladimir Poutine sur la décadence de l'Occident.

Ensuite, une intervention magistrale, super émouvante de Jean-Dominique Michel : très très fort !

À un moment donné de son intervention, j'ai immédiatement pensé à ce qu'avait répondu Mère à Satprem à propos des événements de Mai 68.

"C'est clairement l'avenir qui s'éveille et qui veut chasser le passé.

Tu as lu les lettres des enfants de S ? Ils sont là-bas. Par exemple, tous les étudiants et toute la classe ouvrière se sont unis. Il y a naturellement, mentalement, tout le mélange de toutes sortes d'idées, mais la Force derrière... 

Par exemple, les étudiants veulent changer complètement le mode d'instruction : ils réclament violemment la suppression de tous les examens. Et ils ne le savent pas eux-mêmes, mais ils sont poussés par une force qui veut la manifestation d'une vérité plus vraie.

Eux-mêmes ne voudraient pas de violence – il paraît que ce ne sont pas eux qui ont commencé la violence, mais la police. Et ça, c'est très intéressant, parce que la police représente la défense du passé. 

Et quand j'ai lu les lettres de ces enfants, puis que l'on m'a donné les nouvelles, alors est venu en moi (cela a été dit très-très clairement, une vision très claire ): l'avenir. C'est la Puissance supérieure qui contraint les gens à faire ce qu'ils doivent faire. 

Entre maintenant et ça (qui est très en avant), ce doit être la puissance d'un nombre immobile. 

Et alors la vision était claire : si des millions – pas des milliers : des millions – de gens s'assemblent, occupent, absolument pacifiques (simplement s'assemblent et occupent, avec des représentants naturellement qui diront ce qu'ils veulent), alors ça aura le pouvoir.

Mais il ne faut pas de violence ; dès que l'on se laisse aller à la violence, c'est le retour au passé, c'est l'ouverture à tous les conflits..." (Agenda du 22 mai 1968)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article