Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par pascalemmanuel

Sélection de notes de L'Agenda jusqu'à la première grande expérience du 29 février 1956.

Notes avant le début de L'Agenda

Cet Agenda... est mon cadeau à ceux qui m'aiment.

Viens vers l'avenir. 1893 (15 ans)

En chaque chose, en chaque atome est la Présence Divine, et l'homme a pour mission de la manifester.

L'obstacle se confond avec la raison même de l'oeuvre à accomplir : c'est l'état d'imperfection actuel de la matière physique. Quel que soit, donc, le degré possible de perfection, de conscience, de connaissance de notre être profond, le faits seul qu'il s'incarne dans un corps physique fait naitre des obstacles à la pureté de sa manifestation ; et, d'autre part, son incarnation a pour but la victoire sur ces obstacles, la transformation de la matière. 21 mai 1912

Les conditions dans lesquelles les hommes vivent sur terre sont le résultat de leur état de conscience. Vouloir changer les conditions sans changer la conscience est une vaine chimère. 

Quand nous dépasserons l'humanité, alors nous serons l'Homme. Sri Aurobindo

Début de  L'Agenda. :

7 décembre 1950

(Note manuscrite, écrite deux jours après le départ de Sri Aurobindo)

Seigneur, Tu m'as donné l'assurance, ce matin, que Tu resterais avec nous jusqu'à que Ton oeuvre soit achevée, non pas seulement comme une conscience  qui guide et illumine, mais aussi comme une Présence active et agissante. En terme clairs et  précis, Tu m'as promis que tout de Toi resterait ici et ne quitterait pas l'atmosphère de la terre jusqu'à ce que la terre soit transformée. Permets que nous soyons toujours dignes de cette merveilleuse Présence et que dorénavant tout en nous soit concentré sur l'unique volonté d'être de plus en plus parfaitement consacrés à l'accomplissement de Ton Œuvre sublime. 

🪷

Février 1951

(Note manuscrite, écrite deux, mois après le départ de Sri Aurobindo)

Le manque de réceptivité de la terre et la conduite des disciples de Sri Aurobindo (1) sont en grande partie responsables de ce qui est arrivé à son corps. Mais une chose est certaine: le grand malheur qui vient de nous arriver à nous, n'affecte en rien la vérité de son enseignement. Tout ce qu'il a dit est parfaitement vrai et le demeure. Le temps et le cours des événements le prouveront abondamment.

(1) Dans une version «officielle», Mère avait omis «et la conduite des disciples de Sri Aurobindo».

🪷

Sans date 1951

(Cette note manuscrite était destinée aux personnalités officielles qui voulaient transférer à Mère le Prix Nobel de la Paix gué l'on se proposait de donner à Sri Aurobindo en 1951)

🪷

Je réalise seulement ce qu'il a conçu. Je suis seulement le protagoniste et la continuatrice de Son œuvre.

🪷

24 novembre 1951

Que la transformation complète de la nature aura lieu n'est pas un simple espoir mais une certitude. Garde une foi résolue en la victoire de la Lumière et, avec une calme équanimité, fais face aux résistances de la Matière et de la personnalité humaine à leur propre transformation. Sri Aurobindo

🪷

6 janvier 1952

Fais de nous les guerriers héroïques que nous aspirons à devenir, pour livrer avec succès la grande bataille de l'avenir qui doit naître contre le passé qui veut durer ; afin que les choses nouvelles puissent se manifester et que nous soyons prêts à les recevoir.

🪷

14 mars 1952

Depuis le commencement du monde, à tout moment et partout où il y a eu pour la Conscience Divine la possibilité de s’exprimer personnellement, j’étais là.

🪷

2 août 1952

C’est seulement quand, pour faire progresser les hommes, il ne sera plus nécessaire que mon corps soit semblable au leur, qu’il sera libre de se supramentaliser.

C’est seulement quand les hommes dépendront exclusivement du Divin et de rien d’autre, que le dieu incarné n’aura plus besoin de mourir pour eux.

🪷

1er janvier 1953

Seigneur, tu nous as dit : ne fléchissez pas, tenez bon ; c'est au moment où tout semble perdu que tout est sauvé.

🪷

4 avril 1953

La chose importante est de tenir ferme et de durer jusqu'à ce que vienne l'heure de la lumière. Sri Aurobindo

🪷

21 février 1954

Si tu crains la mort, elle t'a déjà vaincu.

🪷

Parce que la vérité n'est pas linéaire, mais globale, et qu'elle n'est pas successive, mais simultanée, elle ne peut pas s'exprimer en mots : elle doit se vivre.

Une acceptation totale dans une neutralité, une indifférence parfaite,est la condition indispensable à une connaissance par identité intégrale S'il y a un détail, si petit soit-il, qui échappe à la neutralité, ce détail échappe aussi à l'identification. L'absence de réactions personnelles, dans quelque but qu'elles soient, même le plus élevé, est donc une nécessité primordiale pour une connaissance totale.

🪷

Août 1954

Chaque fois que vous percevez avec exactitude un détail, cela veut dire que vous êtes prêts pour son exécution. 

(Dans un Agenda ultérieur Mère parlera d'une perception du corps qui nous montre que c'est sur le point d'arriver)

🪷

Le corps supramentalisé sera insexué, puisque les besoins de la procréation animale n'existeront plus.

🪷

C’est seulement dans sa forme extérieure, dans son apparence la plus superficielle, aussi illusoire pour les dernières découvertes de la Science d’aujourd’hui que pour l’expérience de la spiritualité d’autrefois, que le corps n’est pas divin.

🪷

15 août 1954

L’heure de Dieu

Il y a des moments où l’Esprit se meut parmi les hommes, où le souffle du Seigneur se répand sur les eaux de notre être. Il en est d’autres où il se retire et abandonne les hommes à leurs actes, dans la force ou la faiblesse de leur propre égoïsme. 

Les premiers sont des périodes où même un léger effort suffit à produire de grands résultats et à changer la destinée, les autres sont des espaces de temps où un grand labeur n’apporte que de maigres résultats. Il est vrai que ces moments-ci peuvent préparer les premiers; comme la fumée légère du sacrifice montant vers le ciel, ils peuvent appeler ici-bas la pluie de la munificence divine.

Infortunés, l’homme ou la nation, qui se trouvent endormis lorsque arrive le divin moment ou qui ne sont pas prêts à s’en saisir parce que la lampe n’a pas été entretenue pour l’accueillir, parce que leurs oreilles sont restées sourdes à l’appel. Mais trois fois malheur à ceux qui sont forts et préparés, et qui cependant gaspillent leur force ou mésusent de ce moment ; pour ceux-là, la destruction est grande et la perte irréparable.

Lorsque vient l’Heure de Dieu, purifie ton âme de toute tricherie avec elle-même, de toute hypocrisie et vaine infatuation, afin que tu puisses regarder droit dans ton esprit et entendre ce qui l’appelle. Toute absence de sincérité dans la nature – c’était autrefois ta défense contre l’oeil du Maître et la lumière de l’idéal – devient maintenant un défaut dans ton armure et une invite pour les coups.

Et si tu vaincs pour l’instant, c’est plus grave encore pour toi, car le coup viendra sûrement qui te jettera à terre au milieu même de ton triomphe. Mais si tu es pur, rejette toute crainte.

L’heure est souvent terrible, telle un feu, un tourbillon, une tempête, telle les vendanges foulées sous la colère de Dieu.

Mais celui qui peut se tenir debout à cette heure, soutenu par la vérité de son but, celui-là durera ; même s’il tombe, il se relèvera ; même s’il semble passer sur les ailes du vent, il reviendra. Ne laisse pas non plus la prudence du monde murmurer de trop près à tes oreilles, car c’est l’heure de l’inattendu, (de l’incaculable, de l’incommensurable).

Ne juge pas du pouvoir du Souffle à la mesure de tes minuscules instruments, mais aie confiance et avance.

Mais garde ton âme le plus que tu peux nette des vociférations de l’ego, même si ce n’est que pour un moment. Alors une colonne de feu marchera devant toi dans la nuit et la tempête sera ton auxiliaire et ta bannière flottera sur les plus hauts sommets de la grandeur qui était à conquérir.]

🪷

25 août 1954

Il y a d’autres grandes Personnalités de la Mère divine, mais elles étaient plus difficiles à faire descendre et elles ne se sont pas manifestées d’une manière aussi prononcée dans l’évolution de l’esprit terrestre. Parmi elles, se trouvent des Présences indispensables à la réalisation supramentale; la plus indispensable de toutes est la Personnalité de cette extase, cet Ananda mystérieux et puissant qui jaillit du suprême Amour divin, l’Ananda qui seul peut guérir le gouffre entre les hauteurs les plus sublimes de l’esprit supramental et les abîmes les plus profonds de la matière, l’Ananda qui tient la clef d’une vie merveilleuse et suprêmement divine, et qui, même maintenant, depuis ses demeures cachées, soutient l’œuvre de tous les autres Pouvoirs de l’Univers.» (Sri Aurobindo – La Mère)

🪷

Il est vrai que, pour le moment, sa présence est plus nominale qu’active, puisqu’Elle n’a pas l’occasion de se manifester. Mais même ainsi, Elle est une aide puissante pour l’Œuvre. Car, de tous les aspects de la Mère, c’est celui-là qui a le plus de pouvoir pour la transformation corporelle. En effet, les cellules qui peuvent vibrer au contact de la Joie divine, la recevoir et la conserver, sont des cellules régénérées en voie de devenir immortelles. Mais les vibrations de la Joie divine et celles du plaisir ne peuvent cohabiter dans le même système vital et physique. 

🪷

Le monde se recrée à chaque minute. Vous pouvez recréer un monde nouveau à cette minute même, si vous savez le faire, c’est-à-dire si vous êtes capable de changer votre nature.

🪷

Vous le savez, on vous l’a dit, on vous l’a répété, on vous l’a seriné, n’est-ce pas. Vous savez que vous avez une conscience divine au-dedans de vous. Et vous pouvez dormir nuit après nuit et jouer jour après jour, et apprendre jour après jour, et ne pas être... ne pas être dans un état d’enthousiasme et de volonté AIGUË d’entrer en contact avec vous ! – Avec vous, oui, vous-même, là, dedans (geste au milieu de la poitrine)... Ça, ça me dépasse !

La première fois que j’ai su – et personne ne me l’a dit, je l’ai su par une expérience –, la première fois que j’ai su qu’il y avait une découverte à faire au-dedans de moi, eh bien, c’était la chose qui était LA PLUS IMPORTANTE. Il fallait que ça passe avant tout.

🪷

1er janvier 1955

Aucune volonté humaine ne peut se prévaloir contre la Volonté Divine. Rangeons-nous délibérément et exclusivement du côté du Divin et la victoire finale est certaine.

🪷

6 janvier 1955

Un jour viendra où, enfin libérées de la domination des forces antidivines, toutes les richesses se donneront spontanément et totalement au service de l'Œuvre divine sur la terre.

🪷

19 octobre 1955

Les trois images du don total de soi au Divin :

1) Se prosterner à Ses pieds dans l’abandon de tout orgueil, avec une HUMILITÉ parfaite.

2) Déployer son être devant Lui, ouvrir son corps tout entier, de la tête aux pieds comme on ouvre un livre, étalant ses centres afin de rendre visibles tous leurs mouvements dans une SINCÉRITÉ totale qui ne permet à rien de rester caché.

3) Se blottir dans Ses bras, se fondre en Lui dans une CONFIANCE tendre et absolue.

Ces mouvements peuvent être accompagnés par trois formules, ou l’une d’entre elles, suivant le cas :

1) Que Ta Volonté soit faite et non la mienne.

2) Ce que Tu voudras, ce que Tu voudras...

3) Je suis à Toi pour l’éternité.

En général, quand ces mouvements sont faits de la vraie manière, ils sont suivis d’une identification parfaite, d’une dissolution de l’ego produisant une sublime félicité.

🪷

21 octobre 1955

(Réponse de Mère à une lettre de Satprem)

Mon cher petit, oui, tu peux revenir tout de suite. Je serai heureuse de te revoir. Tu as raison, l’expérience était nécessaire et a été fructueuse. Ta bonne lettre... juste ce que j’attendais de toi ; car ce que tu écris est vrai : je te sens aussi tout proche de moi, uni par un lien indestructible, comme si je t’avais formé, non seulement spirituellement, mais aussi matériellement.

A bientôt,

Avec toute ma tendresse

Signé : Mère

🪷

1er janvier 1956

Les plus grandes victoires sont celles qui font le moins de bruit. La manifestation d'un monde nouveau ne s'annonce pas à coup de tambour.

🪷

29 février 1956

Première manifestation supramentale

(Pendant ta méditation en commun du Mercredi)

Ce soir, la Présence Divine était là, présente parmi vous, concrète et matérielle. J’avais une forme d’or vivant, aussi grande que l’univers, et je me trouvais devant une immense porte d’or massif – la porte qui séparait le monde du Divin.

Regardant la porte, j’ai su et voulu, dans un unique mouvement de conscience, que LE TEMPS EST VENU (the time has come) ; et soulevant un énorme marteau d’or que je tenais à deux mains, j’en assénais un coup, un seul, sur la porte, et la porte a été mise en miettes.

Alors la lumière, la force et la conscience supramentales se répandirent en flots ininterrompus sur la terre.

Erythrina variegata – Arbre corail de l'Inde – La Matière se prépare à recevoir le Supramental – La matière s'efforce de se libérer des vieilles habitudes pour se préparer à la nouvelle réalisation.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article